AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Littérature. Séquence I, Cour 1.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lineos Werner
professeur
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 26/06/2008
Age : 27
Localisation : Sur le grand Plongeoir...

MessageSujet: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Jeu 10 Juil - 18:49

Rappelez-moi pourquoi je fais ce métier.

Nan, je vous jure, ça pourra m'être utile, sincèrement. C'est vrai quoi, rien qu'hier, j'ai passé la moitié de ma nuit à corriger des copies stupides, bourrées de remarques connes... Et c'était même pas celles de mes élèves. Faut dire aussi j'ai été con d'accepter de passer derrière un collègue!

Enfin, quoiqu'il en soit, je me retrouve là, dans l'amphi, en train d'attendre que les mutants en culottes courte se ramène. J'ai le flingue à fléchettes posé bien en évdence sur le bureau, le tazer à portée de main dans le tiroir, et ma mitaine de cuir noire dissimule efficacement une plaque de métal au niveau des phalanges. Nan, c'est pas réglementaire, mais mieux vaut s'équiper. Avec des gosses pareils...

Mes affaires pour le cour sont en place, et je me tourne vers le Tableau pour écrire en gros:


Séquence I:
Contes de Perrault.
Illustrations de Gustave Doré.


Voila, je suis prêt. Je n'ai plus qu'à m'asseoir et attendre que les super-nabots ramènent leurs fesses.

[Erf, pas long, désolée. Manque de temps là >< Je ferais mieux pour la suite du cour.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fictionpress.com/u/514327/
Yume Matsui

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 19/07/2008
Localisation : En Enfers

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Sam 19 Juil - 19:44

Je me suis réveillée bien avant les autres, je me suis habillée vite fait en uniforme et je descendis fouiller dans la cuisine, histoire de me remplir le ventre jusqu'à la fin de la journée. Seule une tranche de pain, accompagné d'une légére couche de confiture à la rhubarbe me suffisai. Après mon p'tit dej', je pris l'initiative de visiter l'école. Enfin du moin essayé, elle était si grande, que je me suis perdu. J'étais nouvelle ici, et je pensai qu'on aller me faire visiter l'école, et ben même pas ! Heuresement j'avais fais un peu de repérage le veille, mais ça ne suffisait pas. Mon premier cour était dans la salle de littérature, la galère pour la trouver. Tout le monde me regardait, j'étais mal à l'aise, et j'entendai murmurer:

"- Eh, regarde c'est la nouvelle, elle a l'air bizarre. En tout cas, moi elle me fait peur.
- Oué, t'as raison, j'irai pas lui dire bonjour !

Je fixai longuement la fille qui venait de dire ça, et elle partit du couleur à grande vitesse. Avec mes bouquins à la main, qui d'ailleur commençait à faire lourds, je me balladai plus ou moin dans les couloirs à la recherche de cette fameuse salle de littérature. On ne m'avait pas encore attribué de casier, je devai donc me trimballé mes cours de toute la journée dans mes bras et dans mon p'tit sac à dos. Je dus interpeller un surveillant pour q'il m'explique vaguemment ou était la salle. Lorsque je me mis en route, celui-ci me dévisagea d'un air dégouté. Franchement, personne ne m'avait acceuillie et c'était pas plus mal. J'arrivai enfin devant la porte. Je l'ouvri et je plaçai au fond de la salle. J'ouvri mon livre à la bonne page et j'attendi. J'étais la première, et peut-être la seule. J'étais pas très enthousiaste d'y participer, mais il fallait bien que je fasse quelque chose de mes journée. Je regardai vite fait le prof qui m'interéssai pas plus que son cour. Lui non plus n'avait pas l'air heureux de nous attendre. De ma place, on attendai pas très bien, et on voyait à peine le tableau, mais il était hors de question que j'attérisse devant. J'avais attendu que c'était une école spécialisé pour les jeunes ayant des capacités. Pourquoi l'état m'avait placé ici, alors qu'ils ignoraient parfaitement que je pouvai voir les morts. Pff, c'était peut-être leur dernier recourt. De mes grands yeux rouges sang, je fixai sans bouger le tableau pour essayer de lire.

Séquence I:
Contes de Perrault.
Illustrations de Gustave Doré.

Mon anglais étant pas parfait, je ne comprenai pas certain mots comme "Séquence" ou "Contes". Je restai indiférente malgré mon manque de culture des USA. A vrai dire, j'en avais rien à faire. Que l'Etat ma place dans une école ou dans un hopital psycatrique, j'en avais rien à foutre, tant que je pouvai resté seule et faire quelque chose de mes journée pourrite. Puis, au bout de quelques minutes, je pris l'initiative de prendre la parole - ce qui est très très rare pour moi -

- Je suis Yume Matsui.

Dis-je d'une voix calme et posé. Comme j'étais la tite nouvelle, la moindre des choses s'était de savoir la nom d'une des filles la plus effrayante de l'école, non ? Et comme je me fichai pas mal qu'il parle de Perrault, je repris uen deuxième fois la parole:

- Vous savez parler aux morts ?"

Pour moi, il était temps que j'aprenne à maîtriser cette capacité tout comme ma particularité de voir la mort des gens. Je pense que cette dernière pourrait être utile, sauf que voila, je ne la maîtrise pas du tout. J'avais entendu qu'on pouvai développer ici des techniques. Dès mes pouvoirs maîtrisé, j'avais l'idée de fuger de cette maudite école. En attendant, je ne devai pas me faire remarqué, et ça, c'était pas gagner.

[ pouf ! désolé, la flemme de corriger les fautes, j'espère que y'en a pas beaucoup :/ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oliver Stood

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 25/06/2008
Age : 25
Localisation : De l'autre côté du miroir...

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Sam 19 Juil - 20:35

D'excellente humeur - bien qu'on ne puisse pas le remarquer puisqu'il gardait ce visage lisse et grave qu'il adoptait constamment - un jeune homme aux cheveux d'un noir de jais et aux yeux d'un intense bleu couleur mer vint s'asseoir à côté de Yume.
Certes l'amphithéâtre était immense et pourtant, le jeune homme avait choisit la place à côté d'elle. En faite, Oliver n'avait pas vraiment fait attention à la jeune fille aux origines asiatiques assis à côté de lui, c'était l'emplacement où elle se trouvait dans la salle - en pleins milieu - qui l'avait attiré là.
On aurait presque pu dire que le jeune anglais avait attendu ce cours avec impatience mais nul autre que lui ne le savait. Mise à part peut-être Lineos lorsqu'il lui avait dit qu'il avait hâte de commencer les cours de Litté.
Quoi qu'il en soit, il ne semblait nullement effrayé par sa voisine de place et même au contraire de ceux qui les entourait, bien trop détendu. Il avait posé devant lui un petit miroir en forme d'étoile à six branche et son reflet semblait le fasciner.
Mais cette attirance muette ne dura que quelques secondes car il était bien décidé à écouter l'un des seuls cours qui l'intéressait réellement.
La voix de la jeune fille le tira de sa contemplation du tableau et il tourna un instant ses yeux aux profondeurs de l'océan pour voir qui avait parlé. Une nouvelle élève - c'était aussi son premier cours de Litté puisqu'il était là depuis peu mais il avait néanmoins compris qu'elle était nouvelle aussi - qui semblait effrayé les autres élèves alentours, se présenta. Il n'aurait su dire si elle s'adressait au professeur lui-même ou si c'était à l'intention des autres élèves. Quoi qu'il en fut, sa seconde question jeta un froid dans la petite assemblée. Lui ne broncha pas le moins du monde lorsqu'elle parla de discuter avec les morts. Il se douta que son don devait avoir un rapport et se demanda même s’il aurait aimé avoir une capacité aussi étrange. Pourtant, peut-être l’aurait-elle aidé et sa mère aussi car il aurait pu parler avec son défunt père de temps à autres bien qu’il ne se souvienne quasiment plus de lui : dans ses souvenirs il n’était plus d’une silhouette portant un long imperméable, rentrant tard la nuit et très rarement.
C’était son père et pourtant il ne savait pas grand-chose de lui. Mais rien ne servait de repenser ainsi à un son bien triste passé, la nouvelle était plus intéressante et avait attisé sa curiosité.
Il décida de lui murmurer son nom tout en reportant son regard sur Line et son tableau.


« Oliver Stood, Enchanté. »

Le “enchanté” de sa phrase avait été dit en japonais. Oliver était à moitié anglais et à moitié autrichien mais une partie de sa famille avait vécu au Japon et son père y avais aussi séjourné, apprenant ainsi à son fils les formules d’usages les plus courantes.

« Rêve… Quel joli nom. » souffla-t-il, donnant ainsi vie à ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Ichirinn0Hana.skyblog.com
Red Smoothwater
- admin
- élève
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2008
Localisation : Et ta soeur ?

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Lun 21 Juil - 21:23

J'arrive en retard au cours de Blondie, comme d'habitude. En fait pour une fois, ce n'est pas de ma faute... j'avais un truc de mieux à faire dans un autre endroit...
C'est donc avec les cheveux en bataille et une pile de bouquin sous le bras que je me pointe comme une fleur à la porte du cours. Je dois avouer que courir pour être à l'heure, ce n'est pas mon truc, mais vu les notes irréprochable que j'ai, manquerais plus qu'on ne m'accepte pas en cours ! Je fais un grand sourire à ce connard de prof et entre en poussant la porte d'un coup de pied bien placé.

Bon vu le peu de pékin qu'il y à ici, le cours ne va pas être joyeux. La plupart sont des nouveaux de toutes façons et ne risque pas de se pointer de sitôt. Je vais m'asseoir dans le fond de la salle en faisant un bouquant du diable, posant lourdement ma tour de livre sur un des petits bureau. Pfiou pourquoi je prend la peine d'étudier autant ? Ici, ça ne sert à rien. Rien du tout !

Je me pose à ma table et commence à jeter un coup d'oeil autour de moi. Mouairf, le sujet d'aujourd'hui me branche pas des masse déjà. Ensuite les deux lardons qui papotent devant moi ne m'inspire pas grand chose, à part une légère pitié. On est gâté cette année, bordel ! Enfin quoi qu'il ne soit je ne souffle pas un mot, je me contente de regarder Blondie d'un air que je jugerait... insolent. J'adore le faire chier celui-là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vayne Taylor

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 17/07/2008

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Lun 21 Juil - 23:51

J'aurais pût faire ça simple...Nan...À la place, j'ai décidé de tout compliquer...
Ouep...Je vous explique.
Je me suis levée, comme à mon habitude, à la même heure que tous les jours. Il n'y a rien à ajouter là-dessus... Je me suis presque donné un coup de pied au derrière ce matin pour me lever car un cour particulièrement intéressant m'attendait; Le cour de littérature. Je ne suis pas très douée pour me souvenir des noms, au premier abord... Mais j'adore les textes qu'on nous montre, dans ce cours... Comme j'adore écrire, ce n'est pas un cour qui va m'emmerder, enfin.

Je me suis traîné les pieds jusqu'aux douches, pour me réveiller un peu et ne pas avoir l’air d’un zombie dans mon premier cours de la journée et je suis allée prendre un petit déjeuner vite fait…Oh mais je n’ai pas négligé mon alimentation, loin de là… Trois croissants et un jus d’orange… C’est bien non ? M’enfin bref. Pas tout à fait réveillée, encore je suis allée dans les salles de bains pour m’asperger le visage d’un peu d’eau… Ça arrive, quelques fois. Je ne suis pas nécessairement tout le temps d’humeur à me réveiller le matin… Par contre, cette seule action m’a coûté mon temps d’avance…Pas d’bolle.

Par contre, je me suis souvenue d’une chose. Malgré toutes les années passées dans cet établissement, je n’ai jamais eut le temps de visiter toute l’école…Je faisait pas mal du vas et viens entre quelques pièces de l’établissement et l’extérieur mais rien de plus. Il y avait donc peut-être un couloir je ne sais trop où qui pouvait servir de raccourci quelque part pour me rendre à mon cours… Ça me sauverait grandement la vie… Alors j’ai commencé ma recherche dans les couloirs de l’établissement… Je crois que j’ai environ fait trois fois le tour et je m’en suis seulement rendue compte en repassant devant la salle de banquet…

* Merde…Je n’ai vraiment pas de chance, aujourd’hui. *

Pensai-je.
Bref, au lieu de m’empêtrer encore plus dans mon retard, ce qui est bien, quand même, j’ai piqué du nez vers le chemin que je prenais d’habitude pour me rendre à l’amphithéâtre et enfin, ENFIN, je suis arrivée à ce que je croyais être mon cours de littérature…

Et puis bon…On en est rendu là… Ça fait à peu près deux minutes que je suis plantée devant la porte à essayer de me décider à entrer…Bon allez…Il est temps, maintenant. J’ai ouvert la porte avec une certaine gêne et je me suis glissée à pas de loups sur un siège vide…Heureusement, le cours n’avait pas vraiment commencé donc je n’étais pas en retard, techniquement. J’allais sortir une feuille de mon cahier de note lorsque j’ai senti un souffle dans mon cou…Je me suis donc retournée et quelle ne fut pas ma surprise de voir le visage d’Alex, à quelques centimètres à peine du miens…

« Qu’est-ce que tu fiche ici ?! »
Lui demandai-je…
« Bah quoi ? Les doubles aussi on le droit d’apprendre ! Surtout que la prof est mignonne…
- C’est un homme…
- Quoi ?! N’empêche…Il est mignon…
- Garde tes pensées homosexuelles pour toi, tu veux ?
- …
- Enfin bref… tu ferais mieux de te tenir à carreau sinon ça va barder…
- T’inquiètes je serai comme un éléphant dans un magasin de porcelaine ! »


Enfin, il me laissa tranquille et se retourna vers le professeur…Quant à moi, je gribouillais sur une feuille lignée en attendant que le cours daigne commencer… Voyez-vous, j’étais un peu impatiente à l’idée d’en apprendre encore plus sur les écrivains du passé…Il fallait donc que je me tienne occupée. Je détachai donc mes yeux de ma feuille pour regarder les gens autours… Il y avait Alex, qui regardait ses ongles – un peu plus est il mettait ses pieds sur sa table -, une fille qui avait l’air plus jeune qu’elle au teint pâle et aux cheveux noirs, un garçon dont il était difficile de déterminer l’âge aux cheveux de la même couleur et au fond, un gars, sûrement le bouffon de la classe, qui avait l’air du même âge qu’elle… Décidément, cette année allait être pitoyable.

J’ai levé les yeux au ciel et j’ai tourné mon regard vers le tableau…On allait étudier des contes ? Umph… C’était déjà mieux que rien… Je me suis roulé les épaules, pour m’étirer un peu et j’ai attendu qu’il se passe quelque chose…Ça devenait vraiment ennuyeux, tout ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lineos Werner
professeur
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 26/06/2008
Age : 27
Localisation : Sur le grand Plongeoir...

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Mar 22 Juil - 11:14

Ces gosses devraient se méfier. Enfin, gosses... Red a bien vingt piges, mais tout de même. S'ils continuent comme ça, je vait finir par croire qu'il me suffit de penser pour les diriger! L'idée me fait venir une grimace au visage. J'ai vraiment mieux à faire que de m'imaginer des conneries!
Avec un visage neutre, je lance un regard à l'assemblée. Il y a une nouvelle, une fille en uniforme noir, cheveux noirs, yeux rouges. La moide des lentilles colorées ne se finira donc jamais? et puis son uniforme là... Elle est au courant qu'ici y'en a pas? Enfin, elle est relativement propre sur elle, on va pas se plaindre.

'Je suis Yume Matsui.'


Je hoche la tête et coche son nom dans la liste des présent, avant de lui répondre:


"Line Werner."


Et qu'elle m'appelle comme elle veut, c'est pas mon problème. Y'en a pas un seul dans ce bahut qui m'appelle professeur. Sauf Miror Man, of course, mais bon. Enfin, bref, donc, je m'en retourne à l'attente de nouveaux élèves, lorsque le Miror Man en question entre dans la salle et s'installe à côté de la nouvelle. tout au fond.
Pourquoi les élèves se mettent toujours au fond?

En tout cas, il a du l'entendre se présenter, parce qu'il en fait autant:

'Oliver Stood, Enchanté.'


Son dernier mot n'est ni de l'Anglais, ni du Français, ni de l'Allemand. Je ne comprends donc rien. et je ne reconnais pas non plus la sonorité du chinois, même si ça sonne asiatique. Par esprit de vengeance, je leur balance un regard du type "vos gueules avant que je m'énerve" puis me redresse sur mon estrade.
Ma cuisse me tire, mais au moins maintenant je peu remuer sans grimacer, ce qui n'est déjà pas mal, tout de même.

Et c'est à ce moment que la fille reprends:

'Vous savez parler aux morts ?'


Bon, ben le point positif, c'est que je n'aurais pas à lui demander ce qu'elle sait faire, elle me le dit toute seule comme une grande. Problème, je ne sait pas du tout si elle peu se servir de ce pouvoir pour me faire du mal ou pas. Ouais, je sais, ça vire à la parano, mais y'en a une paire ici qui ne pense qu'à ça, faire mal aux profs, alors autant être prudent!

Pardon? Ah, ouais, je pense à la naine.


"Nan. Et je m'en cogne, parce que je vois pas l'intérêt de parler aux macchabés."


Encore une qui va se demander quel genre de prof je suis. Réponse: le genre de prof qui se demande s'il va supporter une année de plus à trimballer les gosses de la salle d'expériences à leurs chambres. remarquez, vu ce qui se passe, ici, plus le temps passe et plus je medemande si je ne vait pas devoir enseigner à Seraphine jusqu'à ma mort. Quitter l'école pourrait être dangereux, pour ce que j'en sait...

Ah, Smoothwater fait son entrée. Trèèèèèèès discrète, ce qui m'indique qu'il croit être en retard. Si on en croit la cloche, il a raison. Si on en croit l'avancement du cour, il se plante complètement.
Dans les deux cas, il s'amuse à faire un boucan du diable, et je note du coin de l'oeil un visage insolent, auxquel je devrais m'être habitué, mais dont je ne peut pas m'empêcher de me demander s'il me le réserve ou pas.
Cela dit, soyons honnête, pourquoir est-ce qu'il m'accorderait un traitement particulier? Il doit me considérer comme les autres profs: un grand sadique sans intérêt.

Et puis d'abord pourquoi est-ce que ce qu'il pense de moi m'intéresse, hein? Je m'en fout, merde! c'est juste un Super Morveux comme les autres, pis c'est tout.

Ah, une quatrième élève. Nan, si on compte le gars qui l'accompagne, ça fait cinq. Ils ont les mêmes cheveux presque blancs, les même yeux rouges... c'est les jumeaux albinos ou quoi? enfin, au moins la fille a le bon goût de paraître gênée, chose que j'apprécierais si elle ne se mettait pas aussitôt à bavasser avec celui qui doit sûrement être son frère.
Je consulte mon trombi et n'y trouve que la fille, Vayne Taylor. Je coche son nom et ajoute une mention spéciale pour le gars, qu'il faudra rajouter dans la liste. Je me demande bien ce qu'ils font, tout les deux. comme ils ont l'air d'être jumeaux, il pourraient très bien avoir le même pouvoir. Remarque, les chances pour qu'ils soient de vrai jumeaux sont quasi nulles. Pas inexistantes, au risque d'en surprendre plus d'un. Mais quasi nulles.

Mais passons. Il est temps de commencer.
Je réajuste la mitaine que je porte au poing droit car, toute sécurisante qu'elle soit, c'est quand même un accessoire assez chiant dans son genre (ça fait transpirer, ça glisse... bref, c'pas le pied) puis vérifie que la sécurité de mon arme est bien enlevée, avant de m'adresser à l'effectif très réduit de ma classe.


"Bon. comme vous savez tous lire, vous vous doutez qu'on va commencer par étudier Perrault. Avant de commencer l'étude des Contes, et comme il faut bien que je sache sur quoi je démarre, j'aimerais savoir ce que vous pouvez me dire sur ce type."


Parce qu'on étudie jamais une oeuvre sans en connaître l'auteur un minimum, et que la culture générale des américains à de sérieuses difficultés à dépasser les frontières américaines...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fictionpress.com/u/514327/
Vayne Taylor

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 17/07/2008

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Mar 22 Juil - 16:43

Le cours commença enfin.
Halleluia.
Je me serais sûrement mise à crier si j’avais encore à attendre une seule minute de plus… tous ces gens qui jacassent et qui font tous sauf écouter, ça m’énerve au plus haut point. Ce prof n’allait pas se plaire, ici. Normalement, un prof aime enseigner aux gens qui veulent apprendre. Et ce serait lui l’élève lorsqu’il apprendrait qu’il s’était totalement gourré dans ses plans. Par contre, il n’avait pas l’air imbécile, dieu merci – si dieu existe bien entendu. Il le verrait donc très vite. En attendant, elle ferait au moins son possible pour ne pas le prendre en grippe.

Il posa donc sa première question. Des infos sur Perrault ? J’en connaissais un peu (moi en tout cas, dans la vraie vie, je connais que dalle sur lui alors…google est mon ami xD) puisque ma mère me lisait souvent des contes de cet auteur, ce qui m’a poussé plus tard à chercher quelques infos sur lui, quoi. J’ai donc levé le doigt, avec une certaine réticence et j’ai attendu qu’on me donne le droit de parole. Je ne donnerais que le strict minimum bien que j’aie assez de mémoire pour en dire plus…


« Charles Perrault est né à Paris en 1628…Le 12 janvier, je crois. Et il y est mort le 16 mai 1703. C’est un ‘Homme de lettre’ français reconnu grandement pour son œuvre intitulée ‘Les contes de ma mère l’Oye’...Et euh…Ce sont les seules grandes lignes que je peux dire pour ne pas entrer dans les détails. »

Puis je me suis tut.
Au risque de paraître pour la bolle de service, j’ai répondu vite fait bien fait à la question du professeur, lui montrant ainsi clairement que je n’étais peut-être pas aussi ignare que mes camarades de classe. Peut-être portais-je des jugements trop vite basés mais, étant perfectionniste, je ne pouvais prendre le risque de laisser passer une réponse qui était fausse de la part d’un autre élève…

À côté de moi, Alex était plié en deux tellement il riait…Il pouvait bien se marrer, je m’en fichais… Lui aussi bien que moi savions pourquoi il riait autant. Il n’était vraiment pas dans mon habitude de parler autant au premier abord d’un professeur, à sa première question. Mais là, c’était différent. C’était vraiment une matière qui m’intéressait. Même si j’étais assez nulle, ça m’intéressait quand même. Et ça, Alex ne le savait pas… Il allait me parler lorsque je lui ai lancé un regard des plus noirs. Il se ravisa et reporta son attention sur le professeur… J’ignorait ce que pour lui professeur voulait dire mais j’avais une petite idée là-dessus, en le voyant regarder un peu plus bas que le regard de Line’…

J’ai détourné mon regard de cet idiot et me suis concentrée sur la matière. Dans ma tête, j’extirpais toutes les informations sur les contes de Perrault qui pouvaient m’être vraiment utile. Le reste, je le gardais pour plus tard…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tintallë Ashta

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/07/2008
Age : 22
Localisation : .Sur mon nuage de barbe a papa.

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Mar 22 Juil - 17:02

(ait pas trop envie d'écrire ^^)
Dans le couloir vide on entendait résonner des bruits de pas lents. Quelqu'un de pas pressé se dirigeait vers la salle de classe, elle s'était levé vers 8h30, s'était lavée tranquillement dans les douches vides des filles et s'était habillée avant de prendre deux livres au hazard dans la pile de bouquins qu'on lui avait distribué. Svt et géographie.
*Bah, j'ai deux chances sur 10 à peu près.*
Elle avait déambulé pendant pas mal de temps dans les couloirs, ne cherchant pas vraiment la salle où elle devait se rendre. Quand elle y arriva elle assena à la porte un coup d'épaule. Elle claqua contre le mur en s'ouvrant. La jeune fille vêtue de blanc entra et jaugea la classe d'un coup d'oeil.
*Oh, les beaux toutous!*
Elle regarda ce qui était écrit au tableau. Svt ou géographie?

Séquence I:
Contes de Perrault.
Illustrations de Gustave Doré.


Litterature.
-Raaah, raté.
Elle traversa l'allée pour s'installer tout au fond de la classe sans prendre le temps de fermer la porte. Elle jeta ses cahiers sur la table avant de s'assoir a l'opposé de l'autre élève qui se trouvait au fond. Le seul qui semblait pas tout à fait légume. Enfin, on ne sait jamais. Avachie sur sa chaise, la jeune fille fixa le professeur dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dishtann.forumactif.fr
Red Smoothwater
- admin
- élève
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2008
Localisation : Et ta soeur ?

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Mar 22 Juil - 22:26

Bon résumons la situation: Blondie à l'air complètement paumé au milieu de cette bande d'adolescent, la blondasse aux yeux rouges fait sa mademoiselle-je-sait-tout, ce qui semble être son frère matte d'un peu trop près les "courbes" de ce putain de prof' et une gourde fait son entrée dans la classe avec dix minutes de retard sans même prendre la peine de s'excuser. Et moi ? Bin moi j'ai vingt balais et je me retrouve à suivre un cours à moyenne d'âge 15 ans. Je crois que c'est un peu abusé, surtout vu le mal que je me donne dans mon travail. Il faudrait que j'en touche deux mots à la direction d'ailleurs... mais je sais bien, depuis le temps, que je ne suis pas près de partir d'ici...

Lorsque mademoiselle-je-connais-Perrault à fini de déblatérer, je peux enfin commencer mon show de premier de la classe: moi aussi j'ai une réputation à maintenir, navré. Je lui fais d'ailleurs un sourire moqueur avant de lever le bras mollement, puis prenant la parole avant même que Blondie ne percute ma réaction.


" Ha, mais ce cher Charles ne s'est pas contenté d'écrire les contes de la mère L'oye voyons ! Ce serais trop simple d'effleurer le sujet, et nous ne sommes pas la pour ça, n'est-ce pas Monsieur Werner ? Je me permet donc de compléter ces informations en précisant qu'il à écrit, entre autre et parmi les plus connus, " La belle au bois dormants", " Le petit chaperon rouge", " Barbe bleue", "Cendrillon", "Le petit poucet", "Peau d'âne" , et d'autre tel que " Les souhaits ridicules". "

Satisfait, voila mon état d'esprit. Ma phrase était élégante, exacte et claire, pas de méprise et pas de désinformation, si je puis dire. Si Blondie n'était pas satisfait, je ne sais pas ce qu'il lui faut. Après cela en tout cas, je retombe dans mon silence en croisant mes bras sur mon torse, tout en balançant négligement sur ma chaise. Je n'ai pas vraiment envie d'en dire plus, cette seule phrase me suffis, j'ai su prouver que je suis et reste le meilleur quelque soit la matière.

Ha et puis ce petit con d'albinos devrais arrêter de le mater sinon je vais lui péter la gueule dans cinq minutes....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Richardson

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 25/07/2008
Localisation : Si dieu est partout... Comment faisons-nous pour s'asseoir à la droite de partout quand on meurt?

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Sam 26 Juil - 0:44

[mieux vaut tard que jamais]

Quelle heure il était déjà? Bonne question, surtout quand on a pas de montre... mais ce n'était pas le premier des soucis de notre jeune Ian à son premier vrai matin de cours. Malgré le fait que les deux weirdos jumeaux albinos lui aient un peu expliqué ce qu'ils venaient tous foutre ici, il n,en savait pas grand chose. C,est avec cette idée récurrante qu'il s'était couché le soir venu et qu'il s'était levé ce matin là. sa première pesnée en ouvrant les yeux fut "mais qu'est-ce que je suis venu foutre dans ce merdier?", évidemment, cet état d,esprit eu une incidence sur son humeur et son comprtement déjà plutôt instable. Il s'était levé, sans chercher s'il y avait quelconque cadran dnas l'espèce de placard qui lui servait de piaule et s'assit sur son matelas, fixant le mur pour faire la synthèse de ce qui s'était passé jusque là. Pas mal rien... Il trouva un crayon indélébile noir tout droit sortit de son sac et s,en empara, traçant une petite ligne sur le mur, un jour de passé. Puis il alla prendre sa douche, comme l'usage le demandait. pas trop sûr que ça passe, il ommis de déjeuner, il n'avait aucune idée d'où était la cantine de toute façon.

Ilavait regardé son planning du coin de l'oeil, se rappelant du numéro de local, mais quel cours c'était, il n'avait pas cru bon de le lire. Détestant traîner des trucs dans ses mains, il plaça son crayon pousse-mine dans le creux de son oreille gauche et sa gomme dans poche, peut être aurait-il besoin d'autres choses, mais il en était ignorant.

St-seraphine lui parissait si grand qu'il n'avait aucune idée d'où se rendre et bizarrement, il n'y avait pas grand monde dans les couloirs, il acceléra le pas, fronçant les sourcils, ça commençait mal toute cette merde... Il ne pouvait pas passer à traers le sportes et les murs pour aller plsu vite, vu qu'il ne savait pas où il allait de toute façon. Il déambula alors comme ça pour une durée qu'il ne mesura pas, pour finalement arriver à son local, de mauvaise humeur, mais tout de même heureux d,y arriver enfin. il se posta près de la porte et y entendit des voix. Il était en retard, eh merde, c'était pas son jour... Il savait que s'il entrait par la porte, tous les regards se tourneraient vers lui et ça, plutôt mourrir avec son humeur massacrante. Il prit donc une grande respiration et se posta devant le mur, il y plongea sa main comme dans la surface de l'eau utilisant son pouvoir de passe-muraille et y fit plonger le reste de son corps. oui c'était sa logique, apsser inaperçu et passer à travers un mur, ça allait ensemble.

Il se rendit un peu compte de son erreur quand il arriva dans la classe, la première chose qu,il vit fut une chaise dans laquelle il s,empétra les pieds pour s'affaler pitoyablement sur le carrelage froid. Bon c'était raté pour son entrée discrète. il se releva en sa massant la tête aux cheveux bruns-noirs ébourrifés apr la chute. Il attendit un instant et déclara pour toute excuse de son accent du Royaume-unie bien senti:

-J'suis nouveau.

Puis il alla s'asseoir sans un mot de plu près de seules personnes qu'il connaissait, Alex et vayne et daigna regarder le sujet du jour au tableau. De la litterature chouette... Il aurait peut être dû se perdre plus longtemps finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lineos Werner
professeur
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 26/06/2008
Age : 27
Localisation : Sur le grand Plongeoir...

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Lun 28 Juil - 16:18

C'est l'albinos femelle qui réponds la première, provoquant une crise de fou rire chez son mâle. Bah, faut pas chercher avec les dégénérés, c'est rarement normal ce genre de bestiole. et puis si mes élèves étaient normaux, je m'en serais quand même rendu compte. Pas que je sois un modèle de normalité, m'enfin quand même...

'Charles Perrault est né à Paris en 1628…Le 12 janvier, je crois. Et il y est mort le 16 mai 1703. C’est un ‘Homme de lettre’ français reconnu grandement pour son œuvre intitulée ‘Les contes de ma mère l’Oye’...Et euh…Ce sont les seules grandes lignes que je peux dire pour ne pas entrer dans les détails.'


Ah ben elle est gratinée celle là! Rester dans les grandes lignes pour ne pas entrer dans les détails, quel esprit novateur, vraiment! C't'une vraie p'tite rebelle en culotte courte.
Je lève les yeux au ciel et soupire sans prendre la peine de me cacher. Franchement, vu la moyenne d'age de l'école, je suis en droit de m'attendre à mieux sur le plan gramatical, nan? Remarquez la semaine dernière y'en a une qui m'a sorti qu'elle croivait que j'étais un élève. Elle croivait, ouais... ben qu'elle croive si ça la chante, j'ai pas hâte de l'avoir dans ma classe!


"Renseignements exacts. J'espère que les autres ont pris des notes, c'est pas dit que je répète ce qui vient de se dire."


Je suis pas un perroquet, de toute façon. Et puis même si je l'étais, c't'encore moi qui choisit ce que je répète!
L'albinos mâle se fend la poire. a cause de quoi? De la réponse de sa voisine? J'aurais plutôt tendance à trouver ça déprimant, mais c'est p'têt parce que je suis prof. Quoiqu'il en soit, s'il pouvait arrêter de me mater ça m'arrangerait, j'ai tendance à pas apprécier qu'on me considère comme un bout de viande!

Tiens... C'est moi, ou l'Icebertg n'apprécie pas non plus? Ben voyons Line, et la semaine prochaine, Hayworth s'achète un coeur. Putain, faut vraiment que j'arrête la clope avant d'aller me coucher, ça me fait des effets bizarres. Dans l'absolu faudrait que j'arrête tout court, mais si j'ai pas mes trois clopes quotidiennes, je survivrais jamais à ce bahut.

Enfin, peu importe. En tout cas, c'est le moment que choisit une rouquine taille moyenne pour entrer dans la salle avec l'élégance et la discrétion propre à la majorité des super morveux de l'école. C'est à dire aucune.
A dire vrai, si je n'avait pas été là, je pense que je l'aurais davantage intéressé que maintenant.

'Raaah, raté.'


Et en plus ça se plaint. C'est pas plutôt à moi de dire ça?
"Raté, j'ai pas atterit dans une école ou les gens sont normaux et se souviennent que je suis prof." Ou alors, "Raté, je me suis pas réveillé assez tôt pour empêcher ma conne de mère de se suicider."
Des ratés j'en ai plein à lui proposer, sincèrement! Si elle s'imagine que je vais la plaindre alors que son plus gros raté c'est de ne pas s'être fait virée de cour, elle va vite déchanter!


"La prochaine fois que t'arrives aussi en retard, fait demi tour. J'ai mieux à foutre que de me faire interrompre toute les dix minutes!"


Avec un peu de chance, elle saisira le prétexte pour sécher tout mes cours, et ça me fera une chieuse en moins à surveiller, ce serait déjà ça de prix. enfin, vaut mieux pas trop compter la dessus, quand même. Avec ces gosses, on sait jamais à quoi s'en tenir...
L'Iceberg lève la main, je me tourne vers lui.

'Ha, mais ce cher Charles ne s'est pas contenté d'écrire les contes de la mère L'oye voyons ! Ce serais trop simple d'effleurer le sujet, et nous ne sommes pas la pour ça, n'est-ce pas Monsieur Werner ? Je me permet donc de compléter ces informations en précisant qu'il à écrit, entre autre et parmi les plus connus, " La belle au bois dormant", " Le petit chaperon rouge", " Barbe bleue", "Cendrillon", "Le petit poucet", "Peau d'âne" , et d'autre tel que " Les souhaits ridicules". '


Il a lu le livre! Miracle!
Nan, aller, je suis mauvaise langue. Il les lit à chaque fois. Pas toujours avec enthousiasme à mon avis, mais ça je peu comprendre. Surtout l'année ou on leur a fait étudier du Chateaubriand. Je sais toujours pas comment il a survécut aux
Mémoires d'Outre Tombe sincèrement.

"Efffectivement, Perrault est surtout connus pour ses Contes. Par contre, ce que pas mal de gens ignorent..."


J'allait embrayer sur mon cour, quand un boucan du diable me coupe dans mon élan.
Au milieu de la salle se trouve... Un glandu. Plus précisément un glandu brun, décoiffé, maigrichon et pas très haut. Un poids plume. Il est emmêlé dans une chaise et je ne sais pas trop comment il est arrivé là: avec la porte que l'autre gourde a laissé grande ouverte, je l'aurais vu passer s'il l'avait emprunté... Un passe-muraille?

'J'suis nouveau.'


Et t'as l'air con aussi. Mais ça, si t'as un minimum de jugeotte, tu dois déjà t'en être rendu compte!
Il se redresse et s'installe à côté des albinos en couple, sans un mot. Ca m'a encore l'air d'un grand social celui là. Les caractères sont tellement peu variés dans cette école, ça deviant chiant à la longue!


"Même consigne qu'à la Rouquine, la prochaine fois, si t'es en retard t'entres pas."


Comme ça moi au moins ça me fait des vacances!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fictionpress.com/u/514327/
Ian Richardson

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 25/07/2008
Localisation : Si dieu est partout... Comment faisons-nous pour s'asseoir à la droite de partout quand on meurt?

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Lun 28 Juil - 16:58

Alors qu'il s'asseyait près des jumeaux, même s'il sentait qu'il allait le regretter, car ceux-ci était plutôt louches, Ian jeta un regard à la classe, chose qu'il n'aurait pas osé faire alors qu'il était étendu sur le sol comme une guenille. D'abord le prof, vraiment pas comme il aurait imaginé un prof de litterature dans une grande école comme celle-là. Il aurait imaginé un vieux croulant à lunette, règle en métal à la main pour châtier les élèves peu attentifs, mais au lieu de ça devant les quelques élèves se tenait une espèce de grande chose blonde. Pour quelqu'un de petit comme le pauvre garçon, ce géant de près de deux mètre ne donnait pas vraiment envie d'argumenter. Même s'il n'était pas particulièrement musclé ni imposant sa haute taille le mettait peu à l'aise. Déjà avec l'entrée de merde qu'il venait de faire. Il reconnaissait bien là son propre style d'imbécile fini, lui qui voulait éviter les regards , c'était raté depuis le début.

Les autres élèves avaient tous l'air de phénomènes quant à eux. Il y en avait surtout une qui lui foutait le ch'tons grave. Une fille, vraiment petite, pire que lui pour une fois, hallelluia, aux yeux rouges comme le sang, il n,avait jamais vu un regard comme cela et préférait ne pas s'y attarder. Et les autres, ben c'était clair que dans leur esprit, ils l'avaient déjà idientifié comme un débile profond, chouette, au moins il savait la vérité dès le début...

Ce que le prof lui dit alors, le surprit et lui fit entrevoir à quel point il allait adorer ce cours. ne pas entrer, drôle de conseil pour un prof. Super, en plus, il était tombé sur un prof désabusé et chiant, il n'était pas si loin de son idée de départ finalement, ce n'était comme s'il avait fait exprès d'arriver en retard à son cours, si ç'avait été dans on intention, il ne serait juste aps venu comme ce gus le proposait avec tant de gentillesse. Il n'était pas d'humeur à se faire rabrouer comme ça en ne faisant rien... Il arqua un sourcil et avec un sourire ironique, il répondit poliment:

-Entendu, monsieur. Avoir su que d'avoir des élèves dans votre cours vous déplaisait tant, c'est ce que j'aurais fait.

Bon d'accord, c'était pas du grand art, mais, il était nul avec les mots, tout ce qu'il pouvait faire, c'était rester poli pour sauver son cul, il n'avait aucune idée de la sévérité des profs ici. En disant cela, il jeta encore un coup d'oeil au tableau où était écrit le sujet du cours... Perreault, ah super, un "frenchie" en plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Smoothwater
- admin
- élève
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2008
Localisation : Et ta soeur ?

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Mar 29 Juil - 18:34

Bordel y'en à pas un pour rattraper l'autre dans ce taudis ! Pourtant Blondie semblait content de ma réponse, et je n'eut même pas le loisir d'entendre mes louanges, puisqu'un hobbit imbécile fit son entrée dans la salle de classe plus bruyamment que les autres. Il s'était pris les pieds dans une chaise et s'était étalé de manière peu gracieuse, paix son âme. Je crois que ça commence à bien faire, je ne suis pas ici pour faire garderie, et il me semble que Blondie pense la même chose vu son air légèrement pincé.
Donc Blondie réitère sa remarque à propos du retard au nouveau, et celui-ci va s'asseoir l'air penaud. Il trouve pourtant le moyen de répondre au prof, avec une voix de fausset désagréable. Moi, pour faire bonne mesure, je croise les bras d'un air mécontent, et je lui dit à voix haute:


" Quand on interrompt un cours on ferme sa gueule. "


Il me semble que je suis de loin le plus vieux ici, hormis Blondie, et de ce fait je n'hésite pas à hausser le ton pour que tout le monde puisse m'entendre. Les sourcils froncés, le regard noir, rien de bien folichon pour ces petits jeunes, mais je ne suis pas d'humeur disneyland, malheureusement pour eux. On m'a dérobé mon quart d'heure de gloire, il faut bien payer pour cet... affront, si je puis dire.
Bon et pour arranger le tout, mon regard tombe une fois de plus sur cet albinos en plein fantasme. Là, je ne répond plus de mes actes, navré de devoir le dire.


" Et toi la blondasse, tu ferais mieux de regarder ton bouquin au lieu de déshabiller le prof du regard... " , j'esquisse un sourire moqueur avant de poursuivre, tout en le fixant des yeux, "...ça devient franchement malsain c't'histoire. "


Voiiiila, ça, c'est fait. Je laisse la parole à ce cher Blondie, tout en retombant dans mon silence renfrogné. Ouai, rien de plus à dire et j'emmerde cette classe pourrie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vayne Taylor

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 17/07/2008

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Mer 30 Juil - 18:07

À partir de là, tout deviens embrouillé. Vayne ne capte que des bribes de ce qui se passe tellement tout va vite. Ayant essayé du mieux qu’elle pouvait de ne pas s’attirer les foudres du prof, cela semble ne pas avoir eu l’effet escompté sans avoir eu l’effet contraire, ce qui la trouble un peu, son comportement étant tout à fait correct. Puis, il y a la fille qui entre, en retard d’une manière peu subtile et l’autre garçon…Mouais, Ian. Celui-là même qui, tentant de faire une approche plus subtile rate carrément son coup en se foutant encore plus dans le merdier. Pauvre garçon. Et en plus il fait l’erreur d’essayer de se justifier. Ça, Vayne ne comprenait pas trop. Il y a une norme dans les lycées qui est de ne pas essayer de ce justifier dans ces cas là, que ça ne servait à rien. Et ce gars là venait de passer à côté. Arf. Elle ne lui en voudrait pas pour ça. Pas elle, en tout cas.

Par contre, le prof que tout le monde semble appeler affectueusement Blondie ne semble pas du même avis. Pourtant, il semble se retenir de tout plaquer et d’aller fumer une clope à l’extérieur pendant que ses élèves, pris au dépourvus et totalement incompétents essaieraient de se démerder. Si ça arrivait, quelqu’un essayerait de faire continuer le cours, mais Vayne l’en empêcherait. Car un élève ne pouvait être aussi bon qu’un réel professeur pour expliquer ce genre de choses et ça ne ferait que prouver à Blondie qu’on peut le remplacer à tout moment, par un élève, même, alors que c’est totalement faux. Vous voyez où je veux en venir ? Nan hein ? j’m’en doutais. Ayez juste en tête qu’un cours fait pas un élève sans aucune expérience, même si on lui bourrait le crâne des mêmes âneries pendant des années de temps, ça ne faisait pas un bon prof.

Et puis non, finalement, ce n’est pas Line’ qui a carrément sauté un plomb. C’est Red qui, dans le fin fond de la classe, s’est mit à débiter des faits et à les balancer à la figure de tout le monde, comme si le fait qu’il soit le plus vieux des élèves – un an plus vieux qu’elle, pour être exact, ce qui n’est vraiment pas beaucoup – lui donne le droit de donner des ordres aux autres.

Elle s’en foutait royalement, personnellement mais Alex, à côté d’elle, se mit à fulminer et se leva, plaquant ses mains sur son bureau.

« Eh Ho ! Du calme…Y a que moi qui peux m’amuser avec ce petit gaillard. Alors ne vous arrangez pas pour le traumatiser avant que je l’aie fait… »

Cette phrase le fit sourire mais lorsque Red enchaîna, le traitant de blondasse – ce qui était totalement faux puisqu’il était albinos, par conséquents, cheveux blancs et yeux rouges – son sourire s’effaça mais il garda un sang froid impressionnant et une crédibilité à tout casser, une confiance en soi qui émanait de lui comme une aura, il répondit à Red d’un ton amusé :

« Tu veux l’avoir pour toi tout seul, c’est ça ? Mah… Si tu veux on peut le partager…»

Un sourire provoquant se redessina sur ses lèvres pâles, il faisait tout en fait pour que Red s’enrage… Il ne changerait jamais. Puis, il se retourna vers le reste de la classe, puis vers sa « sœur ». Celle-ci semblait totalement ailleurs et semblait se fouter totalement de ce qui se passait dans la classe. Puis, il laissa tomber, d’une certaine manière. Il se retourna vers Red et Line’ et dis à l’intention de sa sœur tout en fusillant les deux garçons du regard :

« Je retire ce que j’ai dis Vayne. Les doubles, ça n’a pas besoin d’apprendre… »

Puis, il sembla s’évaporer. Presque se dématérialiser quoi. Et on ne le revit plus. Vayne, qui jusque là avait fait la sourde oreille, se retourna vers les autres, semblant intéressée par la réaction des autres… Cré Alex. Il ne changerait vraiment jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lineos Werner
professeur
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 26/06/2008
Age : 27
Localisation : Sur le grand Plongeoir...

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Ven 8 Aoû - 13:37

'Entendu, monsieur. Avoir su que d'avoir des élèves dans votre cours vous déplaisait tant, c'est ce que j'aurais fait.'


Evidement mon con, j'ai fait prof pour pas avoir d'élèves, qu'est-ce que tu crois?
Bon sang, mais c'est si difficile que ça de se faire entendre, hein? Je me tue à expliquer que je veux des gens ponctuels, et qui à défaut d'écouter soient calme, et on me sort des conneries de ce genre... y'a des fois je me pose des questions sur le bon fonctionnement de leurs cerveaux...

'Quand on interrompt un cours on ferme sa gueule.'


Cela dit, dans l'immédiat, je devrais peut-être me concentrer sur Red. Depuis quand est-ce qu'il me vient en aide, lui? Certes, il pense surement ça à chaque fois qu'un élève me fait le même coup que le nain... Mais le dire à voix haute, c'est une première. Je ne le remercie pas -faudrait pas qu'il se fasse des idées, tout de même- mais je ne lui fait pas de remarque non plus. Je suppose que ça suffira pour qu'il saisisse l'idée. Peut-être.


"Si j'avais pas voulu d'élève dans ma classe, j'aurais pas fait prof, du con. Ca va peut-être te paraitre aberrant, mais un cour qu'on interrompt toutes les dix secondes à cause d'une bande de morveux infoutus de lire l'heure, c'est un cours ou il ne se passe rien! Il y a des gens dans cette école qui s'intéresse un tout petit peu à la littérature, y'a pas de raison que des types dans ton genre vienne les empêcher d'apprendre, merde."


Hum, ma dernière phrase est un peu longue. Ils vont finir par croire que je m'inquiète pour leur éducation... Mais qu'est-ce que vous voulez, s'ils veulent pas venir, ils viennent pas, pis c'est tout. Faire le garde chiourme, ça me tente pas, point barre.

Je suis prêt à en revenir à ce que je disait, sauf que Mister Freeze, lui, n'a pas terminé sa petite tirade...

'Et toi la blondasse, tu ferais mieux de regarder ton bouquin au lieu de déshabiller le prof du regard... ' [...] '...ça devient franchement malsain c't'histoire.'


Il devrait vraiment se calmer, ou je vais finir par croire qu'il est jaloux. Fait hautement improbable, heureusement pour moi, mais tout de même, si je ne le connaissait pas...

'Eh Ho ! Du calme…Y a que moi qui peux m’amuser avec ce petit gaillard. Alors ne vous arrangez pas pour le traumatiser avant que je l’aie fait…' [...] 'Tu veux l’avoir pour toi tout seul, c’est ça ? Mah… Si tu veux on peut le partager...'


La, quand je disais que ça portait à confusion cette histoire! Et pis faudrait voir à ce qu'il se calme, l'albinos! Y'en a marre à la fin, j'ai l'impression d'être un steak au milieu d'une réunion de hyènes!


"Faut le dire si je vous dérange! Allez vous faire foutre, tout les deux, j'suis assez grand pour protéger mon corps tout seul, merde." Je me tourne vers l'albinos mâle, le regard meurtrier. "Et si j'ai un seul conseil à te donner, éviter de t'approprier les gens comme tu le fait. La seule chose que tu peux espérer de moi, c't'un bon coup de poing dans la gueule!"


Pendant un dixième de seconde, l'idée me vient que l'Iceberg risque de se vexer. après tout, sur le coup, il était plutôt de mon côté. Mais merde, quoi, j'ai pas besoin d'un chaperon, je sais me défendre tout seul!

'Je retire ce que j’ai dis Vayne. Les doubles, ça n’a pas besoin d’apprendre…'


Et il disparait. Volatilisé. Géniaaaaaaal... J'avais vraiment besoin d'un crétin avec le pouvoir de se téléporter, tiens!


[Dernier tour. Tâchez de poster tous, parce qu'à mon prochain post je cloture le cour^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fictionpress.com/u/514327/
Red Smoothwater
- admin
- élève
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2008
Localisation : Et ta soeur ?

MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   Dim 14 Sep - 22:15

Ce cours devenait de plus en plus merdique, et je n'était pas sûr de vouloir revenir au prochain. Sérieusement ? Des gosses en chaleurs, des trav', des grandes gueules et un prof pas foutu d'être reconnaissant.

"Faut le dire si je vous dérange! Allez vous faire foutre, tout les deux, j'suis assez grand pour protéger mon corps tout seul, merde."


Là, je hausse un sourcil de surprise mais aussi de mécontentement. De quoi ? Lui, capable de se défendre ? Et sa mère c'est Mike Tyson peut-être ? Je me lève donc brusquement, tout en rangeant mes affaires à la vitesse de la lumière: j'avais l'habitude des départs rapides. L'autre connard d'albinos s'était volatilisé et nom de Dieu, heureusement pour sa petite gueule.

Alors, mon sac sur l'épaule, je m'approche de Blondie d'un pas leste, avant lui jeter froidement:


" Assez grand pour protéger son corps seul, hein ? Je l'espères vraiment pour toi Blondie, car avec ce genre de gosse y'a du viol dans l'air... "


Après un dernier sourire moqueur je ne peut réprimer un regard de dédain pour le reste de la classe. Etre debout au milieu des autres, à la vue de tous, ne me dérangeait pas du tout, loin de là. Je mis mes mains dans mes poches, tripotant nerveusement un bout de gomme qui se trouvait dedans.

" Je prendrais les devoirs sur le cahier des prof'. "


Le cours allait se terminer dans quelques minutes, alors ce n'était pas vraiment important que j'assiste ou non à la suite des évènements. Après un dernier regard à Blondie, je sortit en donnant un coup de pied dans la porte.

" Hasta la vista baby."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Littérature. Séquence I, Cour 1.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Littérature. Séquence I, Cour 1.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» les animaux ds la littérature
» Pour les ""officionados"" de la littérature haitienne,un site très intéressant
» MALAISE DANS LA LITTÉRATURE. Ou les poètes Lwijanboje.
» Un cours particulier s'il vous plait ... (pv David Lord)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seraphine High School :: ~ Le Domaine de St Seraphine ~ :: Le premier étage :: Les salles de classes-
Sauter vers: