AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dai Shiragi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Jeu 26 Juin - 18:19

Elle ne voyait plus. Ses yeux étaient comme bridés par un voile qui lui empêchait de les ouvrir. Pire, elle ne pouvait plus bouger aucun membre... Fichue seringue! Ah, si seulement, si seulement elle n'avait pas eu l'idée d'approcher cet homme, elle n'en serait pas là... Où était-elle désormais? Elle se sentait ballottée, transportée comme un vulgaire sac de pommes de terre et le pire, c'est qu'elle n'était pas consentante. Soudain, le mouvement s'arrêta comme par magie, et le sac fut jeté, non sans douceur, au sol. Ses muscles, sa voix commençaient à se réveiller, et elle ne put retenir un petit 'aïe' en atteignant la surface lisse et dure qu'était le plancher.

Dai bougea. Enfin, bouger était un grand mot puisque ses muscles n'avaient pas récupérer leur entière mobilité. Elle entendit deux voix, toutes les deux graves, appartenant à des hommes. Ils disaient qu'ils avaient livré le paquet, et que, maintenant, ils n'avaient plus qu'à s'en aller. Une main ferme et décidée ouvrit le sac dans lequel dequel était captive, et Dai revit enfin le jour.

Une voix vint soudain interromptre le brouillard qui passait devant ses yeux :


" Tu crois qu'elle va bien? "

" Je ne sais pas, et on s'en fout! Allez, viens, on se barre... "
Les yeux de Dai recommencèrent à briller d'une idée malsaine. Ces hommes, il fallait qu'ils payent! Qu'ils payent, définitivement.
Tout le hall devint obscur, deux cris simultanées retentirent et, peu de temps après, deux chocs comme des corps qui tombent brusquement sur le sol. Dai sourit, mais regretta un moment l'absence de rose qu'elle aurait pu déposer sur ces corps...


* Maintenant, objectif 1 : me barrer d'ici....Ca ne devrait pas être trop dur, normalement...*

Et, avec toute la force que lui donnait ses muscles encore à moitié endormis, elle se dirigea la grande porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Smoothwater
- admin
- élève
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2008
Localisation : Et ta soeur ?

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Jeu 26 Juin - 21:36

C'est quoi ce bordel ? Ouai, j'était en train de bosser quand j'entendis un bruit fracassant. Dans le genre râle de mourant, vous voyez le genre ? Bref je laisse mes cahiers en plan sur la table de la salle de banquet et je rapplique dans le hall d'un pas lent, les mains dans les poches. Mes yeux devaient briller d'un éclat de curiosité tel que je me connaissait, et la situation allait surement être intéressante.

Quand je vis les deux corps j'eu la confirmation de ma pensé: ça allait vraiment... mais vraiment être intéressant. Une jeune fille, autant que je puisse en juger, se tenait debout au milieu de deux corps inertes. Surement morts en fait, vu la façon dont ils étaient disposés, en vrac comme ça.

Je pris le partit de m'approcher de la jeune fille en gardant une certaine distance, ne faisant aucun effort pour dissimuler ma présence. Ce genre d'attitude était justement un de vecteur qui faisait que quelqu'un était tué par mégarde. Comme j'aimai prendre un air détendu, je m'adossait au mur pour mieux observer la criminelle, mes yeux noirs la fixant froidement. Puis j'eu un sourire.


" Tu m'impressionnes. C'est ton premier jour à tu as déjà deux morts dans tes petits papiers. "


Je fit mine de l'applaudir avant d'ajouter d'un ton las:

" Inutile d'essayer de partir. Ils te rattraperons bien vite. "


C'était vrai. Je n'était pas spécialement de son côté ou du leur, je m'en fichait. Néanmoins il fallait la prévenir, histoire que la chasse soit plus captivante. L'inconnue avait un air bizarre qui ne me plaisait pas, comme une présence déplaisante. En bon gentleman évidement, je ne montrait aucun déplaisir en sa présence. En fait, j'avais juste l'air d'être en vacance, avec mon air détendu et ma cravate un peu défaite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lineos Werner
professeur
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 26/06/2008
Age : 27
Localisation : Sur le grand Plongeoir...

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Jeu 26 Juin - 22:23

Les américains et leur obsession de la démesure. Faudrait les vacciner. C'est vrai quoi, quelle idée d'installer une école dans un espèce de Chateau à la con? et pas n'importe quel style, je vous prie, Chateau de la Loire. Y'en a qui se mouchent pas du coude. enfin, qui se moucheraient pas du coude si on occupait un peu plus du tiers de leur foutue école. Logements compris, je précise.

Résultat, les deux tiers restants tombent en ruine aussitôt que l'occasion s'en présente, et le jour ou ils voudront s'en servir, faudra banquer un max. Enfin, faut quand même reconnaître que vu de l'extérieur, ça a de la gueule. Bah, de toute façon, ça fait trois ans que je me fait la même réflexion à toute les rentrées.
Par contre, la fille dans le hall avec sa paire de cadavres, c'est une nouvelle. Honnêtement? J'hésite avant de rentrer. Je ne me considère pas comme un froussard, mais si je peu éviter de claquer maintenant ce serait aussi bien, quand même. J'suis encore un peu trop jeune pour mourir.

Donc, elle est là. Droite, raide, une gueule de psychopathe planquée sous des cheveux marron moche. Et Mister Freeze est à côté. Sauf erreur, il était déjà la quand je suis arrivé à Seraphine. C'quoi son nom, d'jà? Ah ouais, Red. son truc à lui c'est de geler la glace. Je suis dans un moment d'honnêteté intérieure, je lui concèderait donc une belle gueule. Mais comme faut être honnête, j'ajouterais qu'il a un caractère de merde. Il se retient tout le temps et avant de s'en rendre compte, il dépasse les bornes. Le genre de mec qu'a toujours des emmerdes. Ca doit être lassant. Celà dit, il cache mieux son jeu que moi.

'Tu m'impressionnes. C'est ton premier jour à tu as déjà deux morts dans tes petits papiers.'


L'inconvénient bien sûr, c'est qu'il est super chiant avec son flegme à la con. M'emmerde, de toute manière. Trop arrogant. Il une espèce de mouvement des mains mollasson qui se veut un début d'applaudissement, avant d'ajouter.

'Inutile d'essayer de partir. Ils te rattraperons bien vite.'


Ils, ils... C'est vite dit "ils". Y'a un 's' en trop là. Parce que dans l'immédiat, si elle se barre, c'est moi qui suis bon pour la courser, et ça j'en ai pas envie du tout. autant signaler ma présence maintenant, qu'elle ne compte pas sur une éventuelle avance. avec les quilles que je me paye, il ferait beau voir qu'elle espère me distancer à la course, tiens.


"Y'a un truc que Mister Freeze a oublié de préciser, c'est qu'on est pas tes bonniches. Tes cadavres tu te démerdes avec, alors j'espère pour toi que t'as des muscles planqués quelque part."


Je ment un peu. Le concierge pourrait s'en charger, ou au moins l'aider. Mais pour le moment, y'a pas d'concierge. L'ancien s'est tiré une balle l'an dernier, on en attend un nouveau. N'empêche, moi, je vais pas me faire chier à ramasser sa merde. Surtout pas si c'est des morts. déjà qu'au lycée j'étais un phobique des dissections, c'est pas pour toucher ces trucs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fictionpress.com/u/514327/
Dai Shiragi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Ven 27 Juin - 15:06

Elle n'a pas rêvé? Il y a ce gamin qui s'est dirigé vers elle insidieusement sans même prendre le soin de cacher sa présence? Il désire la provoquer ou quoi? Il avait une sale tronche qui ne lui revenait pas, en plus, la tronche de quelqu'un chez lequel elle aurait aimer plonger un couteau bien profondément dans les poumons, l'estomac, bref, un endroit où l'on souffre bien avant de mourir...Un petit frisson d'excitation la parcourut, le genre de frisson qui commencent par les doigts de pied jusqu'à la moelle, contre lesquelles vous ne pouvez rien faire...A ce moment-là, votre cœur commence à battre : Papoum, Papoum, et comme vous n'en pouvez plus d'attendre, vous agissez! Elle se pencha sur l'un des deux cadavres, encore plus ensanglantés, mit son doigt sur la plaie, puis le lécha.


" Tu m'impressionnes. C'est ton premier jour à tu as déjà deux morts dans tes petits papiers. "

Il a pris les paroles, non content de l'avoir énervée... Cette fois-ci, son compte est bon...Dai se dirige d'un pas menaçant vers lui d'ailleurs. Celui-là ne pourra pas se vanter d'avoir des petits-enfants! Il l'énerve, vraiment, plus que ne l'a déjà énervée quiconque qu'elle a rencontré! Deux morts dans ses petits papiers, et alors? Qu'est-ce qu'elle peut en avoir à foutre? Elle a déjà tuer tellement de fois, un ou deux morts de plus, qu'est-ce qu'ils peuvent bien en avoir à faire...
" Inutile d'essayer de partir. Ils te rattraperont bien vite. "

Mais il ne peut pas se la fermer, lui! Elle va bientôt être arrivée jusqu'à lui, de toute façon, et, cette fois-ci, elle fera cela à mains nues, elle ne pense pas avoir besoin de ses ombres... Elle serrerait bien fort ce petit cou qui lui paraît bien frêle, et, sans souffrances, ce jeune bavard s'étendrait. De plus, il faisait semblant d'applaudir, comme ce qu'elle avait fait était vraiment ridiculement dérisoire. Et, ILS te rattraperont très vite, qu'est-ce que ça voulait dire? Elle ne savait même pas où elle était, à part qu'elle se trouvait dans un pays où les gens parlaient anglais avec fichu accent amerloque! Et c'était grand, les USA, c'était le cas de le dire! Elle ne partirait pas, du moins, pas tout de suite. Elle allait se faire ce gars d'abord. Une voix l'immobilisa :

"Y'a un truc que Mister Freeze a oublié de préciser, c'est qu'on est pas tes bonniches. Tes cadavres tu te démerdes avec, alors j'espère pour toi que t'as des muscles planqués quelque part."

Elle ne l'avait pas senti venir, ce mec, qu'est-ce qu'il est encore, lui? Elle s'arrête dans son élan, tourne son regard sur l'homme qui vient de parler. Un blond, l'a l'air un peu plus vieux que l'autre idiot, là. Ca doit être un de ceux que l'autre appelait 'ILS'...Il a une sale tête aussi, ça doit être un point commun dans cette maison zarb. Un jeune, un adulte. Mais qu'est-ce que c'est que cet endroit? Et ses cadavres, comme il le dit, il n'aura qu'à s'en occuper tout seul, avec ses petits bras musclés, elle n'est pas la bonne non plus! De toute façon, elle va bientôt se barrer, et le blond ne pourra pas les ramasser puisqu'il sera mort.
Mister Freeze... L'espace d'un instant, Dai se demande les raisons de ce surnom complètement idiot, comme celui à qui il s'adresse...N'a-t-on pas idée d'appeler quelqu'un Mister Freeze! Bah, il doit aimer ces glaces, et comme ils sont cons, ils l'ont juste surnommé comme ça! Elle soupire, puis se remet à sourire, comme très à l'aise.


- Ta gueule le blond! Je ne t'ai rien demandé, je pense! Pour l'instant je m'occupe de l'autre idiot qui est aussi trop bavard! Prends ton ticket et attends ton tour!

Elle retourne près des cadavres, lui balance une main coupée par erreur dans sa manipulation - eh oui, hélas, son pouvoir est un peu instable, parfois - et reprend la parole :

-Puisque tu n'as rien à faire, tu peux t'occuper du ménage!

Puis elle court vers l'autre idiot, Mister Freeze selon son surnom...Elle l’appellera Freezy, ça fait plus court, c'est mieux. Des ombres commencent à l'entourer, elle change finalement d'avis et décide de s'en servir...Huhu...Ca va être drôle... Des nuées d'ombres volent à toute vitesse sur Freezy tandis que Dai court vers lui, avec l'intention explicite de l'achever. C'est sa faute après tout!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Smoothwater
- admin
- élève
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2008
Localisation : Et ta soeur ?

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Ven 27 Juin - 19:57

Bon tout d'abord je doit dire une chose : " euuurk !". Ouai franchement lécher le sang d'un type mort, c'est vraiment pas hygiénique ! En plus, c'est carrément pas la classe: au pire ça donne un air " true gothique", mais franchement à quoi bon si c'est pour mourir d'une hépatite ?
De plus, elle à vraiment pas l'air commode la demi-portion ! Et la voila qui s'approche de moi, genre elle peut me tenir tête à mains nues. Bwahahaha. J'vais juste lui faire bouffer le plancher, et ensuite je dirais à Blondie de retourner se faire voir chez les grecs. Moi ? Comment je vais dans tout ça ? Bah pour l'instant je bouge pas de mon poste d'observation vous savez, je croise même les bras sur ma poitrine pour faire bonne mesure, et je me marre intérieurement. J'ai pas pour habitude de flipper devant une ado en pleine crise.
Vraiment comique cette situation: Moi contre le mur, la minus qui s'approche de moi façon... façon tueur du dimanche et Blondie à la porte qui hésite à entrer dans le hall. Encore un qui me faisait bien chier d'ailleurs, avec ses remarques à deux balles et son brushing foireux. Belle gueule mais surtout grande gueule... Et ce surnom de merde ! Mister Freeze, nan mais y'a pas idée de me foutre un blase pareil !

"Y'a un truc que Mister Freeze a oublié de préciser, c'est qu'on est pas tes bonniches. Tes cadavres tu te démerdes avec, alors j'espère pour toi que t'as des muscles planqués quelque part."

Je crois que je vais m'énerver dans cinq minutes. Peut-être même un peu moins. Sérieusement, vous avez déjà vu une scène aussi grotesque ? Une gamine qui doit à peine avoir 15 ans, deux cadavres décharné à ses pieds et l'autre qui parle de ça comme d'une vulgaire trace de pisse sur le parquet de cette piaule. J'hallucine carrément. Bon évidement la mioche ne se laisse pas démonter aussi facilement.

" Ta gueule le blond! Je ne t'ai rien demandé, je pense! Pour l'instant je m'occupe de l'autre idiot qui est aussi trop bavard! Prends ton ticket et attends ton tour! "

Cette fois c'est trop comique, je meurs. Ou plutôt, je me met à ricaner sans ménagement. Je lui alors d'un ton dur.


" Je crois que Blondie à raison. Et je crois aussi que tu devrais calmer tes hormones, microbe ! "


Bon ma remarque ne lui à peut-être pas plu. J'aurais aussi peut-être du la fermer. Enfin bon une petite castagne ça remettait toujours les pendules à l'heure, et puis je venait d'apprendre une nouvelle chose à propos de mon pouvoir: je pouvais geler ce qui était immatériel. Il me vint donc à l'idée que c'était une trèèèès bonne chose d'avoir appris cela étant donné qu'une nuée d'ombre se dirigeait vers moi à toute vitesse, la gamine en prime. Elle pouvait donc contrôler les ténèbres. Pas mal, pas mal... Mais je peux faire aussi bien !
Je me mis en position accroupie, mes mains touchants le sol, en essayant de me concentrer. En quelques secondes la glace circula sur le sol et les murs pour venir emprisonner tout le bas du corps de la jeune fille et ses ombres par la même occasion. L'atmosphère était devenue glaciale, et même moi j'en eu un instant le souffle coupé. Une telle utilisation de mon pouvoir m'épuisa plus que je ne l'aurais cru d'ailleurs. Je me mis alors à espérer que Blondie aurait un taser sur lui ou une seringue de calmants comme tous les profs ici, histoire d'endormir une heure ou deux la sauvageonne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lineos Werner
professeur
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 26/06/2008
Age : 27
Localisation : Sur le grand Plongeoir...

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Ven 27 Juin - 21:23

Je sais pas pourquoi, la première chose qui me vient à l'esprit en la voyant léchouiller le sang de ce type, c'est l'image de mon chat en train de laper sa part de flotte dans la cuvette des chiottes. La deuxième chose, par association d'esprit, c'est la fois ou ma mère a voulu le laver à la machine. Et la troisième chose, c'est l'idée saugrenue d'un viol.
Je suis pas particulièrement pratiquant, mais j'ai quand même eut une éducation assez Catho, et le coup d'abîmer un corps, ça me fiche la nausée. D'ou ma phobie des dissections, mais c'est pas le sujet.

Elle a l'air bien énervée, la naine, parce qu'elle s'avance vers Red avec l'air méchant d'un roquet que tu empêche de ronger son os. Si elle mesurait une trentaine de centimètre en plus, elle aurait presque l'air impressionnante. Presque. C'est jamais qu'une fille. cela dit, ne nous fions pas aux apparences, les ombres qui l'entourent ont l'air plus solides que la normale.

'Ta gueule le blond! Je ne t'ai rien demandé, je pense! Pour l'instant je m'occupe de l'autre idiot qui est aussi trop bavard! Prends ton ticket et attends ton tour!'


Cette fois, c'est mon tour de croiser les bras sur ma poitrine. Elle crois quoi l'autre? C'est pas parce que je sais pas faire des marionettes avec la nuit que je vais me laisser emmerder par une sale gosse qu'a un complexe d'infériorité, merde à la fin! si elle veut un défouloir, elle a qu'a faire du sport. Ou fumer, au choix. Dans les deux cas, qu'elle compte pas sur moi pour lui servir de punching ball!

'Je crois que Blondie à raison. Et je crois aussi que tu devrais calmer tes hormones, microbe!'


Il faut quand même lui reconnaitre une chose, a cette gamine, c'est qu'elle réussit à faire en sorte que Mister Freeze et moi on soit d'accord sur un point. Lequel point semble actuellement se résumer à "Tu fais chier petite conne" mais bon. On n'a jamais demandé à devenir des gentils enfants de choeur, hein!

Evidement, comme à chaque bagarre ou presque, les pouvoirs entrent en action. De ce point de vue la, je n'ai pas d'autre choix que de m'avouer vaincu, et je laisse faire Mister Freeze, tout en reculant prudement: j'ai pas envie de me changer en glaçon, merci.
En me frottant les bras pour les réchauffer -même Mister Freeze a l'air d'avoir la chair de poule- je peste, et j'attends que le gnome soit immobilisé. Une fois que c'est fait, je relâche mes bras et fait craquer les vertèbres de mon cou avant d'avancer avec prudence sur la pellicule de glace qui recouvre le parquet.

Lui, je sais pas comment il se démerde, on dirait qu'il a des crampons intégrés aux orteils. Moi, je suis obligé d'y aller pas par pas si je veux éviter de me ramasser en beauté. finalement, après une petite minute d'instabilité -surtout qu'il ne m'aide pas, ce petit con- je parvient près de la nouvelle (j'suis à court d'adjectif péjoratifs) et lui assènne une bonne beigne, comme celle que me filait mon père quand je lui répondais mal. C'est pas assez fort pour la mettre K.O. mais ça suffit à lui filer des vappes.

hein? Les Calmants? Non, j'en ai jamais sur moi. d'abord parce que, dans l'ensemble, les pensionnaires nous tapent assez peu dessus. Ensuite, parce que de toute façon, le temps de sortir la seringue, de changer l'aiguille et de vérifier qu'il n'y a pas de bulle d'air (faudrait pas tuer les cobayes) on a le temps de se faire buter trois fois. Par conséquent, en attendant l'arrivée des pistolets à tranquilisant qu'on nous a promis pour cette année, je me démerde avec les poings. et tant pis pour leur gueules, aux nabots.


"Okay, maintenant elle va être sage, la Teigne."


Pour le moment, on va laisser le côté nettoyage de côté. Déjà, si on arrive à lui faire rentrer dans le crâne qu'il vaut mieux qu'elle se tienne un peu tranquille, ce sera un gros progrès de fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fictionpress.com/u/514327/
Dai Shiragi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Ven 27 Juin - 22:18

D'abord, premier point qui ne va pas : cette réplique de Freezy, lorsqu'elle a commencé à courir vers lui. A propos de ses hormones et de la façon dont il l'a interpelée. Microbe. Elle s'énerve rapidement sur le coup, on lui a toujours dit qu'elle avait le sang chaud, mais...elle n'a jamais vu quelqu'un parler avec une telle assurance, surtout quand elle va le tuer. Mais bon, après tout c'est son caractère, il a sûrement envie de mourir, et elle n'y pense plus. Ses membres sont toujours un peu rouillés par le voyage, serait temps qu'il se dérouillent, eux! Et elle fonce sur Red. Sur le coup, elle ne comprend pas ce qui se passe. Elle voit la scène comme à retrait : il s'accroupit, posant ses mains sur le sol : mais pourquoi donc fait-il cela? puis de la glace surgit de nulle part et elle ne peut plus esquisser un mouvement. Elle ne doit vraiment pas être belle à voir, avec ses ombres qui paraissent gelées par le froid. Car il fait froid. Pas de glace sans froid, elle aime bien les glaces, mais là, elle commence à être un peu dégoûtée. Elle est comme ensaucissonée par la glace. Seuls le haut de son buste et sa tête ne sont pas figés...Brrr...

L'autre imbécile, le blond-là, se rapproche aussi d'elle : contrairement au mec qui comme elle a un pouvoir, il a vraiment l'air de ramer ou plus précisément, de glisser. Faudrait vraiment qu'il s'offre une paire de patins pour Noël. Il se rapproche de plus en plus, et paraît de plus en plus à l'aise, le bougre! Pas trop propre sur soi, le bougre, il attend que Freezy ait terminé le travail pour s'en appriorer le mérite? D'ailleurs, quel mérite? Le mérite d'avoir réussi à la capturer, alors qu'elle a tué deux hommes en l'enceinte de cet endroit? Mérite éphèmère... Il lui donne envie de vomir lorsque, tout à coup, quelque chose : un poing - lui arrive soudain dessus et la sonne pour un moment.


Qu'est-ce qu'elle fait là? Ah c'est vrai : les cadavres, le sang, les deux abrutis, le poing. Elle se sent complétement endormie, peut-être quelque chose qui a rapport au produit de toute à l'heure ou même à cause du poing, mais sa rage meurtrière ne la quitte pas. Plus que cela, elle se sent impuissante de ne rien pouvoir faire... Pourquoi diable l'a-t-il frappée? L'avoir fait ridiculisé par son copain le monstre comme elle ne lui suffit pas?

-J't'ai rien demandé... Et puis chuis où, là? Vous n'avez pas le droit de me retenir comme cela! dit-elle d'une drôle de voix, comme shootée par la fatigue et le coup de poing.
Elle ne peut pas appeler, prevenir la police en tout cas : c'est elle qui se ferait avoir, justement! Il faut qu'elle se barre! D'autres monstres comme elle, il doit y en avoir d'autres, ici, et justement, ce ne serait pas une idée judicieuse de rester ici.

Elle s'adresse à nouveau à Lineos, la tête dodelinant sur le côté, le lèvres bleues tellement elle a froid.


- Toi tu vas voir... Je... la prochaine fois.....

Elle ne peut pas empêcher ses dents de claquer. C'est insupportable. Horrible, tout le lexique ne suffit pas pour décrire ce qu'elle ressent. Pourvu que...pourvu qu'ils ne découvrent pas qu'elle est un mec : elle se sent tellement bien dans sa nouvelle peau, tellement forte.

Elle se concentre, mais les ombres ne veulent plus sortir. Elle a trop froid, c'est le début de la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Smoothwater
- admin
- élève
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2008
Localisation : Et ta soeur ?

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Ven 27 Juin - 22:44

Merde le coup de barre que je venais de se prendre ! nom de Dieu ! Et me voila à genoux par terre après avoir réfrigéré tout le hall comme l'aurait fait un congélateur. Je suis complètement dans les vapes, j'ai les mains recouvertes de givre et je suis plus blanc qu'un linge. Ouai, j'aurais due m'y attendre. En même temps je n'allais pas me laisser avoir aussi facilement, hein. En levant mon regard je vois les ombres figées au dessus de moi, complètement gelées, la mioche paralysée également et Blondie en train de lui foutre la beigne de sa vie. Gé-ni-al.
Je n'eu même pas la force d'esquisser un sourire à vrai dire, et ce fut au prix d'un incroyable effort que je réussi à me hisser debout en m'agrippant à la rampe d'escalier qui se trouvait derrière moi. Je due pousser un petit grognement peu engageant, mais je n'était plus à ça près.
Soyons méthodique: d'abord, je m'essuie les mains. Okay, sur mon jean, temps pis. Ensuite je me retourne et je matte un peu ce qui se passe pour les deux autres. Putain mes cheveux m'aveuglent à moitié, c'pas possible. Je rabat le tout d'un coup de main appliqué puis je me dirige vers le monticule ou était emprisonnée la jeune fille. Elle semble vraiment sonnée maintenant, mais je ne suis pas vraiment en confiance. Blondie non plus à ce qu'il me semble, mais passons. Il lui dit alors:

"Okay, maintenant elle va être sage, la Teigne."

Subtil Blondie. Toujours le mot qu'il faut, toujours aussi exaspérant. Je ne sais même pas lequel des deux m'énerve le plus: l'avorton à jupette ou Blondie le prof sans répartie ? Bof. La môme à l'air de vouloir encore se battre, mais semble surtout se battre avec sa fatigue et le froid ambiant. Les murs étaient toujours gelés mais cela ne disparaitrait que dans quelques heures. Elle essaya d'argumenter encore une fois:

" J't'ai rien demandé... Et puis chuis où, là? Vous n'avez pas le droit de me retenir comme cela! "

Ha elle semblait beaucoup moins sûre d'elle maintenant ! Je ne pu réprimer un sourire méchant, puis je lui dit d'un air détaché:


" Ta gueule, t'es plus en position de papoter. "


Je dois avouer que je ne suis pas très subtil non plus, mais je résumait surement très bien et ma pensé et celle de Blondie. Il ne semblait pas apprécier grandement la jeune fille, et c'était au moins un point commun que nous avions à présent.

" Toi tu vas voir... Je... la prochaine fois..... "

Ha elle me sortait vraiment par les yeux. Comment pouvais t-elle encore croire à ses propres menaces, hein ? Fallait vraiment être borné. Je me pris un instant le visage dans mes mains, histoire de faire le point. Plus vaseux, tu meures. Je pris une grande respiration puis je remis mes mains dans mes poches.


" Bravo Blondie, à cause de ton coup de poing elle ne sait même plus ce qu'elle raconte. "


Bah, c'était juste histoire de lancer un dernier pic pour la route, je savait pertinemment qu'il n'en était rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lineos Werner
professeur
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 26/06/2008
Age : 27
Localisation : Sur le grand Plongeoir...

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Sam 28 Juin - 11:05

J'avoue, j'avoue pas? allez, j'avoue, j'éprouve une certaine satisfaction à la voir dodeliner de la tête comme si elle allait s'endormir dans les secondes qui arrivent. Certes, j'ai pas grand mérite dans l'histoire, j'ai surtout eu de la veine qu'elle ai pas décidé de m'envoyer rejoindre les cadavres. Mais quand même, j'suis bien contente de la voir dans cet état. bien fait pour sa gueule. Celà dit, on dirait bien que l'Iceberg aussi morfle sévère. Le contre-coup, certainement.

'J't'ai rien demandé... Et puis chuis où, là? Vous n'avez pas le droit de me retenir comme cela!'


Tiens, maintenant qu'elle contrôle plus rien, elle commence à avoir peur. Pendant qu'elle gigote avec molesse, je m'éloigne avec prudence.

'Ta gueule, t'es plus en position de papoter.'


Il aurait pu faire plus élégant, mais, ça résume bien la situation générale. Maintenant ce qui serait bien, ce serait qu'il évite de me claquer entre les doigts, je tiens pas à avoir d'emmerdes, merci bien.
J'atteint enfin un sol plus stable, et scrute le muir à la recherche du placard qui s'y cache: je sais qu'il contient un pied de Biche, et comme je me voit mal sortir la naine de là à coup de poing...

'Toi tu vas voir... Je... la prochaine fois...'


Je balaye ses paroles d'un mouvement de la main. si elle est un peu sensée, y'aura pas de prochaine fois. vu le caractère de la majorité dans cette école, elle va vite leur taper sur les nerfs, et je crois pas qu'elle fasse le poids contre tout les élèves réunis.
Ayant trouvé le fameux placard, je plonge le buste à l'intérieur, et en sort le pied-de-biche pré-cité.

'Bravo Blondie, à cause de ton coup de poing elle ne sait même plus ce qu'elle raconte.'


Qu'est-ce qu'il me veut, lui? Et qu'est-ce qu'il fout assis, du reste? Y veut crever ou quoi?


"Je t'emmerde." Je lui balance en soupirant. "Restes assis ou tu vas nous faire une syncope."


Sans ménagement, je le balance par dessus mon épaule et le dépose sur un coin de plancher, qui n'est pas congelé, ça lui fera toujours ça de moins. Puis, toujours avec cetter putain de démarche instable, je m'en retourne vers Minipouce, toujours coincée dans la glace. Je glisse une extrémité du pied de biche dans une fissure et pousse, pour détacher un bloc d'à peu près dix centimètres de long sur cinq de large. apparement, j'ai pas fini, alors autant s'occuper, hein!

"Je pense pas me tromper en disant que ni toi ni moi onb a spécialement envie que ce genre de chose se reproduise."


Un autre morceau de glace, un peu plus gros, s'effondre au sol, et je reprends:

"Le Deal est donc le suivant: toi t'évites de tuer des gens, et en échange, les profs éviteront de te cogner dessus. Les profs, et certains élèves, comme tu as pu le constater."


Bien entendu, dans un monde idéal, les élèves regleraient leurs problèmes tout seuls comme des grands, sans leurs capacités à la con, et nous on serait tranquilles pour buller, mais faut pas trop rêver. déjà, si elles'arrête de tuer, on pourra s'estimer content.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fictionpress.com/u/514327/
Dai Shiragi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Dim 29 Juin - 18:57

C'est fini, fini, elle a froid, très très froid et donc elle voit mourir à cause de ce monstre. Il y aura au moins un mérite à tout cela : son inaltérable beauté ne sera pas effacé, car elle sera encore là sans doute, emprissonée dans la glace jusqu'à la nuit de temps. Sa bouche rouge-cerise fine et pourtant pulpeuse doit être désormais bleu-violet temblotant d'une façon à faire pitié, ses chevelure marron si lisse dont elle est tellement fière, décoiffée, pleine d'éclat de glace, ses yeux lui piquent, non parce qu'elle désire pleurer, mais parce qu'elle a froid! Elle ne peut plus voir, ni même sentir ses vêtements ni ses pauvres mains se fines pour la bonne raison qu'elles sont congelées de la glace. Et, à cet instant-là, peut-être même un peu plus tôt, elle comprit l'expression un 'froid mortel'. Il fallait dire qu'elle n'était jamais allée en montagne, donc, la neige, ce truc bizarre qui fait..froid (mot qui lui-même fait froid dans le dos, remarquez), elle ne connaissait pas.

Le mec, celui qui l'avait emprisonnée lui ordonna, sous entendu de se la fermer, puis vanna l'imbécile qui venait de lui donner une baffe. Il avait vraiment l'air KO, mais franchement, Dai avait autre chose à penser que de se préoccuper de la petite santé fragile de Freezy. Elle ne suivit plus trop ce qui se passa ensuite, à vrai dire... Elle dodelinait vraiment de la tête, les yeux quasi-fermés, c'est à dire à la limite de faire une crise de je-ne-sais-plus-quoi.


-Petite soeur.... ventre rond......je ne veux pas! je ne veux pas!... Je dois être la seule! vous n'avez pas le droit!
Et, à intervalles vraiment irréguliers, elle prononça cette phrase, en plein dans ses souvenirs et dans un délire imaginaire causé par le froid. Elle allait arrêter finalement, décida-t-elle lorsqu'elle eut un peu recouvré ses esprits. C'était vraiment dangereux. Elle allait se rendre de toute façon, elle n'avait pas le choix, évidemment! Cet endroit, elle ne le connaissait ni d'Eve ni d'Adam, mais elle n'avait pas le choix, sûrement à cause de cette histoire de pouvoir...et en plus, il l'avait battue en un clin d'oeil! Elle leur règlerait leurs comptes lorsqu'ils ne s'y attendrait pas! Le 'Blondy' en particulier, il avait l'air plus facile à atteindre...
Elle allait supplier grâce au prof lorsque celui-ci prononça soudainement cette parole et était en même temps en train d'extraire Dai de sa cavité de glace.


"Je pense pas me tromper en disant que ni toi ni moi onb a spécialement envie que ce genre de chose se reproduise."

Il pense quoi? Que elle aussi, qu'elle est bien dans ce morceau de glace? Elle a retenu la leçon : elle ne s'attaquera plus jamais à ce garçon!

"Le Deal est donc le suivant: toi t'évites de tuer des gens, et en échange, les profs éviteront de te cogner dessus. Les profs, et certains élèves, comme tu as pu le constater."

Des profs, des élèves? Donc elle était dans un...pensionnat? Mais pourquoi donc l'avait-on enlevée si c'était pour la mettre dans un pensionnat? Le mystère absolu, total. Elle fit la grimace... Mais qu'il se dépêche de l'extraire de sa glace, merde! Ses yeux commençaient à pleurer à cause du froid, aussi à cause de la peur de mourir ainsi, aussi bêtement. Elle ouvrit sa bouche et, à sa grande surprise, une voix, certes rauque et faible en sortit, mais une voix tout de même :

- C'est OK! Mais, enlevez-moi de là-dedans!!! S'il vous plaît!!!!!

A cet instant elle se le jura vraiment. Elle ne toucherait pas aux élèves qui avaient sûrement des compétences comme elle, mais aux profs. Ils devaient payer de sa présence ici. Après tout, elle ne l'avait point désirer, et, le premier à se trouver en sa compagnie dans une salle, il le paiera, peu importe que cela soit le blond qui fout des baffes, ou quelqu'un d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Smoothwater
- admin
- élève
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2008
Localisation : Et ta soeur ?

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Lun 30 Juin - 17:47

Bon alors déjà Blondie ne perd pas de temps pour me dire qu'il m'emmerde. Ouai, depuis le temps qu'on joue à ce petit jeu, il commence à avoir l'habitude et moi aussi. Rien que pour ça, j'esquisse un sourire, puis j'observe en silence la petite conne.
Elle à l'air tout bonnement frigorifiée, à deux doigts de s'évanouir. Ou de claquer. Ce serait peut-être mieux si elle en claquait en fait. Je sais que ce n'est pas très gentil de ma part de penser ça mais... un regard vers les deux cadavres qui se trouvent encore dans le hall ne peut que me conforter dans mon idée. Ils sont recouverts de givre eux aussi, leurs yeux sont grands ouverts et leur sang coagulé un peu partout autour d'eux. Ho merde... là j'ai comme un haut le coeur. Personne ne semble l'avoir remarqué, en tout cas pas notre nouvelle arrivante, et c'est tant mieux: il ne vaut mieux pas montrer trop de signe de faiblesse.
Elle me rappelle quand même un cousin à moi, qui est mort en 78 à l'âge de 17 ans. Je ne l'ai pas connu bien sûr, mais on m'a beaucoup parlé de lui dans la famille. En gros il à pris goût au meurtre un peu tôt. Il s'appelait Todd Bowden. Lui, une carabine 30.30, quatre-cent cartouches et une colline surplombant une bretelle d'autoroute. Je vous laisse imaginer. Les flics l'ont buté, et il n'est jamais devenu le brillant universitaire qu'il aurait pu devenir. Comme quoi des fois, éliminer les fou - même s'ils sont sympathiques ou brillants - vaut mieux que de les garder prisonniers.
Plus j'y pense, et plus je me rend compte que j'ai moi aussi des envies de meurtre. Mais pour le bien de ceux qui me retiennent maintenant ici contre ma volonté. J'ai même un peu la trouille pour Blondie: la nouvelle le regarde un peu trop... haineusement, dirais-je.
D'ailleurs Blondie m'a emmené sur le côté. Il s'inquiète pour moi quoi ?

"Restes assis ou tu vas nous faire une syncope."


Je dois avouer que je ne m'attendais pas à ce genre de réaction. Le "je t'emmerde" oui, mais pas le "fait gaffe". Je le regarde fixement puis... puis merde, je peux pas m'empêcher de l'emmerder aussi, il m'énerve !


" Merci maman, il ne manque plus que le suppositoire. Tu t'en charges aussi ? "


Je me met à ricaner puis redevient sérieux lorsque je le vois s'approcher de la gamine avec son.. pied de biche un peu de traviole. Là il va commencer le sermon que tous les profs font aux nouveaux, et personnellement j'en ai marre de l'entendre.


"Le Deal est donc le suivant: toi t'évites de tuer des gens, et en échange, les profs éviteront de te cogner dessus. Les profs, et certains élèves, comme tu as pu le constater."


La gamine, qui ne nous à toujours pas dit son nom d'ailleurs, à l'air de vraiment flipper maintenant. Deux seconde plus tôt elle s'était mise à psalmodier des paroles peut compréhensible, et là... elle à un éclat dans le regard qui ne me branche pas des masses. Elle dit alors à Blondie:


" C'est OK! Mais, enlevez-moi de là-dedans!!! S'il vous plaît!!!!! "


Bon, là c'est impossible que je reste à l'écart désolé. Je revient donc vers notre "otage", mes mains toujours dans mes poches. Mon mal de crâne s'est un peu calmé. J'étais un peu amusé par ce retournement de situation.


" Pas la peine de gueuler, il va te sortir de là... Mais avant..."Je fais un signe à Blondie pour qu'il arrête de creuser la glace quelques secondes," Dit nous ton nom s'il te plais. "


Je ne suis jamais trop prudent, et surtout pas lorsqu'il s'agit de meurtriers.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lineos Werner
professeur
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 26/06/2008
Age : 27
Localisation : Sur le grand Plongeoir...

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Lun 30 Juin - 18:39

Iceberg n'en revient pas. Ca tiens à trois secondes, mais il y a une hésitation avant qu'il ne réplique, et c'est tout juste si je ne me met pas à ricaner. Ca prouve au moins une chose: je peu encore le surprendre.
D'un autre côté, c't'un peu vexant, aussi. Il me prends pour qui? Un type sans coeur? Merci bien, je suis pas non plus un sadique. Je concède que comme prof, j'suis pas franchement celui dont les méthodes disciplinaires sont les plus tendres. M'enfin comparé à certains membres de l'équipe pseudo-pédagogique qui sévit ici, je suis un vrai enfant de choeur. Mais bon, peut-être que pour lui c'est celui qui ramène les étudiants à leur dortoir après les expériences qu'est le plus sadique, qu'est-ce que j'en sait?
Et puis qu'est-ce que j'en ai à foutre, du reste? Je m'en cogne de ce qu'il pense! S'il veut croire que je suis comme les autres, ben c'est son problème, et puis c'est tout.

'Merci maman, il ne manque plus que le suppositoire. Tu t'en charges aussi ?'


Je ne prends même pas la peine de lui répondre. Il me saoule avec ses réparties à la con. La prochaine fois il pourra toujours crever pour que je le ramasse, tiens!

'Petite soeur.... ventre rond......je ne veux pas! je ne veux pas!... Je dois être la seule! vous n'avez pas le droit!'


Je sais pas à propos de quoi, mais il est clair qu'elle délire. Elle continue comme ça pendant quoi... cinq, six minutes? Ca me laisse le temps de faire une ouverture correcte dans son dos (ben oui: elle est penchée en avant, si je la prive d'appui, c'est un coup à lui péter les jambes. Je tiens pas à ce qu'on m'engueule pour avoir abîmé les cobayes, hein!) avant qu'ell finisse par se mettre à gémir:

'C'est OK! Mais, enlevez-moi de là-dedans! S'il vous plaît!'


Le pied de biche dérape 'accidentellement' sur sa jambe, et lui fait une jolie érafflure tandis qu'un nouveau morceau de glace tombe à terre.


"Et d'après toi je fais quoi là? Un Scrabble?"


Okay, je reconnais qu'elle est nulle, celle là. Mais à question nulle, réponse nulle, c'est connu. et puis merde quoi, si elle s'imagine que j'ai rien de mieux à foutre que de la tirer de la!
sans compter qu'avec tout ça, je me retrouve avec les corps dans mon champs de vision à intervalles réguliers, et c'est franchement pas ma vue préférée.
Faudra que j'aille chercher machin là, celui qui manipule la terre. Il est en retenue ce soir, j'aurais qu'à en profiter pour lui faire faire les tombes. L'est muet de toute façon, il risque pas de cafter. Enfin, moins que les autres.

'Pas la peine de gueuler, il va te sortir de là... Mais avant...'


Il m'indique d'arrêter de creuser, mais je l'ignore. de toute façon, vu l'état d'hypothermie dans lequel elle est, elle risque pas de mettre les bouts. et même si elle arrive à le faire, j'aurais absolument aucun mal à la rattraper.

'Dit nous ton nom s'il te plais.'


La, c'est à mon tour d'être surpris. Depuis quand il est poli, lui? Je lui jette un rapide regard, avant de l'interroger:


"Depuis quand tu t'embarrasses avec les formules de politesse, toi?"


Tout en attendant sa réponse, je me remet au travail. un éclat de glace plus aiguisé que les autres vient se planter dans mas cuisse gauche, et je peste.

"Ah merde! Saloperie!"


Si jamais ça me handicappe pour le plongeon, elle va m'entendre gueuler la naine!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fictionpress.com/u/514327/
Dai Shiragi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Lun 30 Juin - 19:51

C'est pas vrai...Ca fait mal, déjà qu'elle avait froid, alors, maintenant, la douleur irradie tout son corps, l'intérieur, tout ça parce que cet imbécile de blond ne sait pas manier un pied de biche! D'un reflexe, elle tente de lui envoyer les Ombres, mais elle est bien trop crevée pour y arriver et renonce.
C'est pas vrai, pourquoi il a fallu que ça arrive aujourd'hui, son regard change de cible, se baisse vers le sang qui coule sur la glace, son sang. Elle a l'habitude de voir le sang couler, mais le sien, non. Alors elle blanchit encore plus que là, elle qui est presque congelée. Puis elle entend la pic d'humour de Lineos :


"Et d'après toi je fais quoi là? Un Scrabble?"

Elle a envie de se jeter sur lui, de l'insulter, de faire souffrir chaque millimètre carré à l'embrasser, à souiller son corps. Elle cesse de penser... Elle voudrait...Avec lui? Elle est cinglée, ça doit être le gel, il faut vraiment qu'elle arrête. Elle se concentre et n'y pense plus.



L'autre imbécile fait signe au blond d'arrêter de se servir du pied de biche, comme si elle n'avait pas assez froid comme ça, et, en contre-partie, lui ordonne de délivrer son nom, d'une voix autoritaire... Bon, on ne peut plus dire qu'elle ait le choix, maintenant, elle attend juste d'être délivrée, que Freezy se barre, de rencontrer un professeur seul. Pour se venger, même si cela doit la conduire à sa perte. Et quand au prof blond, elle ne sait plus, elle ne préfère plus y penser pour le moment.


- Dai...Dai Shiragi...mais vite!

De toute façon, ils ne doivent pas la connaître, et dire son nom ne leur fera pas deviner qu'elle est un garçon : même en ayant des connaissances aprofondis en japonais, le prénom Dai s'adresse de toute manière aux deux sexes.

Il vient de se prendre un éclat de glace. Bien fait pour lui, bien fait pour sa belle gueule à en mourir.
Il n'avait pas qu'à sans mêler, il n'avait pas qu'à exister... D'un autre côté, Dai culpabilise... Pourquoi, pourquoi il a continué alors que Freezy lui avait dit d'arrêter... Elle a moins froid, c'est presque supportale, et soudain remarque que ces deux sangs qui coulent s'unissent. Elle a envie d'être libre, d'absorber cette substance rouge, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien, absorber telle un vampire toute cette quantité d'hémoglobine. Mais elle ne peut pas bouger pour l'instant, alors, elle doit inévitablement réfrêner ses envies de sang.


- Heho! Le blond! ... te plains pas! ...je crois...que je me...suis plainte lorsque...tu m'as loupée?

Elle préfère arrêter de s'essoufler en vain, de toute façon, il doit vraiment en avoir rien à fiche de ses paroles! il saigne, tant pis ; elle a envie s'absorber tout son sang, tant pis aussi. Elle soupire, qu'il se dépêche d'enlever toute cette glace, merde!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Smoothwater
- admin
- élève
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2008
Localisation : Et ta soeur ?

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Lun 30 Juin - 20:25

Et voila, maintenant c'est moi qui me retrouve avec deux blessés. C'est franchement blasant la vie dans cette piaule en ce moment. Tout d'abord Dai, qui se prend une méga-éraflure à cause d'un bout de glace mal géré, et puis ensuite Blondie qui écope d'un pic dans la jambe. Je n'ai même pas eu le temps de répondre à sa question d'ailleurs. Bah temps pis. De toute façon je vois pas pourquoi j'y répondrais, hein. En voyant un peu de sang couler par terre, je m'agenouille près de Blondie et sort un mouchoir de la poche de mon jean. Je lui donne d'un air distrait, sans vraiment le regarder. Pas envie.


" Tient prend ça, et évite de chialer. "


Je me tut un instant. Je venait de saisir dans le regard de la fameuse Dai shiragi quelque chose de... déplaisant. Elle fixait le sang qui coulait par terre avec une sorte d'émerveillement, plus pâle que tout à l'heure, et les oeillades qu'elle jetait sans doute inconsciemment à Blondie n'était pas rassurantes. Comme un mélange d'extase et de je ne sait quoi d'autre. Bref, pas un truc que je vais laisser faire en tout cas. Pourquoi ? J'en sait rien nom de Dieu ! Mais notez bien que quand je blasphème c'est rarement bon signe.


" Heho! Le blond! ... te plains pas! ...je crois...que je me...suis plainte lorsque...tu m'as loupée? "


Pourquoi est-ce qu'elle se la ramène encore celle-là ? Pff je commence à en avoir un peu marre de ces jérémiades inutiles. Comme une envie de lui foutre moi aussi une beigne en fait. Mais je ne le ferais pas, car je risque de me prendre une sacrée raclée ensuite par un autre prof. En tout cas, ça ne va pas m'empêcher d'être une fois de plus peu agréable. J'ai pas envie de me priver et Blondie à raison: depuis quand je m'embarrasse de la politesse, hein ? C'était pour la forme, mais je vais laisser tomber cette technique.


" Et tu crois qu'eux se sont plaint lorsque tu ne les à justement pas loupé ? Alors ferme là ou je t'en colle une. "


Je désigne les deux cadavres avec un air de dégout à peine retenu. Faut lui remettre les pendules à l'heure, et vite. Nan faut vraiment arrêter les conneries là. Je me sent de plus en plus piqué au vif, et je perd de plus en plus mon sang froid habituel. Peu de gens me voient vraiment dans ma phase rageux hurleur de merde, mais je peux démarrer pour un rien... et là c'est bien partit pour. J'essaye pourtant de me contenir, vous êtes témoins.
Puis l'air de rien de prend une bonne respiration et pose ma main sur le monticule de glace qu'il reste à enlever. La glace se volatilise en quelques secondes, et bientôt Dai tombe par terre dans un bruit mat peu rassurant. Merde, comme si j'allais faire ça en douceur pour elle ? C'est mal me connaitre...


" Ne crois avoir ton mot à dire ici. Tu n'es rien du tout. "


C'était la précision dont elle avait surement besoin. Je ne supporte pas les gens qui se permettent de parler et de donner des ordres ainsi, alors qu'ils viennent à peine d'arriver. Et puis quoi encore ? Un café et deux croissants ? Surement pas. Mon ton n'à plus rien de calme, je crois que je suis juste en colère peu contenue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lineos Werner
professeur
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 26/06/2008
Age : 27
Localisation : Sur le grand Plongeoir...

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Lun 30 Juin - 20:52

Je ne suis absolument pas surpris que Mister Freeze ne réponde pas à ma remarque. calà dit, le connaissant, il va sûrement laisser tomber les s'il te plait pour le moment.
En même temps qui peu m'en vouloir? C'est comme si moi je me mettait à être tout gentillet avec mes élèves, ça les ferait plus flipper qu'autre chose, si vous voulez mon avis. Et puis merde à la fin, on est déjà suffisamment emmerdés sans qu'en plus il se mette à réagir bizarrement.

Et puis qu'est-ce qu'il fout debout lui, je lui avait pas dit de rester assis? Ah les gosses!

'Tiens prend ça, et évite de chialer.'


Honnêtement? Je crève d'envie de lui envoyer mon genou dans la face. Qu'est-ce qu'il croit lui? Que ça m'éclate d'avoir un truc de dix centimètre de long enfoncé dans la jambe? Merci bien, je m'en serait passé!
Sans douceur, je choppe le mouchoir et arrache la pique. Elle est teintée de rouge sur cinq bons centimètres, et sans vouloir jouer les miséreux, je trouve ça plus grave que l'égratignure de Shiragi! entre une coupure longue mais superficielle, et un trou dans le genre, je préfère la coupure, merci.


"Me prends pas pour un gosse, l'Iceberg. Si je dois pleurer un jour, ce sera certainement pas devant toi."


Sans trop brusquer -je suis pas douillet, mais pas maso non plus- j'humecte le mouchoir avec ma salive et l'applique contre la plaie. Il faudra que je passe à l'infirmerie, mais dans l'immédiat ça évitera une infection.
Mon sang se mélange avec celui de la naine. Ca me donne envie de gerber, sans que je sache pourquoi. Ca doit être l'idée que d'une certaine façon on se "mélange"... Bêrk. D'un geste dégoûté, j'essuie le sang qui tache la glace, juste histoire que mes globules rouges cessent de se mélanger aux siens.

'Heho! Le blond! ... te plains pas! ...je crois...que je me...suis plainte lorsque...tu m'as loupée?'


Non mais je rêve ou quoi là? Qu'est-ce qu'elle s'imagine, que je vais m'excuser? Et puis quoi encore! si elle s'imagine que je vais lui faire le plaisir ne fut-ce que de répondre, elle peu toujours aller se faire foutre!

'Et tu crois qu'eux se sont plaint lorsque tu ne les à justement pas loupé ? Alors ferme là ou je t'en colle une.'


Sauf si je le fait avant lui. Quoique, je suis pas sur que ça le bloquerait, en fait. Y'a des choses comme ça, faut pas les sortir n'importe quand. et ce genre de remarque à la con en fait partie. Mister Freeze fait disparaitre ce qui reste de la glace, et je ricane en voyant Shiragi s'effondrer au sol sans la moindre once de grâce, ni de délicatesse.

Je pourrais râler, après tout, ca va faire dix minute que je me fait chier avec mon putain de pied de biche. Mais vu l'état dans lequel il était, je me serait retrouvé avec deux élèves inanimés, et j'aurais pas aimé.
Avec prudence quand même, je me redresse et balance la fille sur mon dos. Au passage je sens mon épaule lui rentrer dans les côtes, mais je m'en cogne. C'est pas comme si j'avais spécialement envie d'être sympa avec elle, non plus.

Je la ramène sur le parquet, en essayant un, de pas glisser, et deux, de ne pas laisser voir que ma jambe me fait un mal de chien. ce putain 'éclat a du se planter près du nerf, ça me lance, c'est horrible.
Enfin, après avoir déposé la naine à terre sans ménagement, je retourne fouiller dans le placard, ou se trouve une couverture. Je la ramène et la lui balance sur la tête avant de me retourner vers Mister Freeze.


"Hé, le Glaçon! Tu sauras revenir tout seul ou t'as b'soin qu'on fasse le taxi?"


Vu que le "on" me désigne, et vu l'état de ma cuisse, j'espère bien qu'il m'enverra bouler, et pas seulement par fierté.
Hein? Nan, j'aime pas spécialement qu'on m'envoie chier, mais refuser quelque chose poliment, Smoothwater, il sait pas faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fictionpress.com/u/514327/
Dai Shiragi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Mar 1 Juil - 18:25

"Et tu crois qu'eux se sont plaint lorsque tu ne les à justement pas loupé ? Alors ferme là ou je t'en colle une. "

Qu'est-ce qu'il est insupportable dites donc... Elle ne demande que de la paix, un peu de chaleur, et du silence, et il vient encore polluer ses oreilles avec ses discours à la con. Son regard change de cible et se retourne vers ses cadavres, ses crétins de gardes qui n'ont même pas penser qu'elle pourrait les tuer. Dai ignore Freezy. C'était leur faute, il n'avait pas qu'à la malmener, ils n'avaient pas qu'à être là à ce moment-là, et, encore plus simple que cela : ils n'avaient pas qu'à exister. Comme lui a ordonné Freezy, elle se la ferme : elle n'a vraiment pas envie qu'il en rajoute une couche vu qu'il a l'air vraiment énervé. Encore un ancien enfant gaté qui a peur de tout ce qui a l'air mort...pffff...


" Ne crois avoir ton mot à dire ici. Tu n'es rien du tout. "

Ca tombe bien, elle ne désirait en aucun cas parler. La fatigue l'assomme et elle a l'impression de tomber de plus en plus de le noir, et, soudain, comme si c'était le cas, elle se sent réellement tomber dans le vide, sans rien pour la retenir, la tête la première. Mais c'est la réalité! Elle est toujours éveillé et voit soudain le sol se rapprocher de sa tête à vitesse hallucinante! Non, au secours, qu'est-ce qui se passe? Boum. La confrontation fait mal, encore plus que son éraflure sur la jambe. Elle est à deux doigts de s'évanouir. Ils n'auraient pas pu la retenir ces deux idiots? Le blond...c'est lui? Enfin c'est ce qu'elle croit, la balance sur son épaule, et se met à la trimbaler jusqu'à un endroit où il n'y a plus de glace comme un sac à patates... Combien de fois on lui a fait le coup du sac à patates déjà? Ah oui! Deux! C'est la deuxième! Cette fois-ci ça fait mal, le coup du sac à patates : ses côtes rentrent dans l'épaule du prof, et l'on ne peut pas dire que cela soit agréable. Le trajet est court heureusement, elle ne prononce plus aucun mot : elle en a vraiment marre de leur donner raison.

Blondie lui balance soudain une couverture moche qu'il a chopé dans ce placard et Dai ne met pas longtemps à s'envelopper dedans, profitant de la chaleur que lui procure pour l'instant ce truc. Elle regarde la vilaine plaie que sa jambe arbore. Moche, vilaine, tout un champ lexical pour la décrire. Ca fait mal en plus... Elle soupire, puis ouvre la bouche, s'adressant encore à Lineos :


- Hé, l'blond! Puisque tu as eu la politesse de me filer une couverture, avant que je crève d'une septicémie, amène-moi un désinfectant!

Elle sourit, puis grimace. Après le froid, la douleur : super génial. En tout cas, Blondie ne peut pas refuser. Si ils l'ont enlevés, ce n'est certainement pas pour la laisser crever : sinon Congelo s'en serait déjà occupé...Il a l'air vraiment obnubilé par l'autre idiot. Dai a trouvé. En fait, il veut paraître insolent, et avoir le sens de la répartie, mais il doit tout de même s'inquiéter pour l'autre... Pfff.... Elle déteste les gens comme ça... Elle se hait même d'avoir voulu boire le sang de ce mec débile.

-Dépêche-toi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Smoothwater
- admin
- élève
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2008
Localisation : Et ta soeur ?

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Dim 20 Juil - 0:08

Je lui passe un mouchoir et il me dit d'aller me faire foutre en gros, non ? Bravo la reconnaissance, j'hallucine. Pour ponctuer mon étonnement je lui lance donc un regard exaspéré.


" Putain voila le remerciement quand je m'inquiète pour les autres. La prochaine fois je m'abstiendrais. "


Sans un regard pour Lineos je retourne donc m'adosser à un des murs du hall, le plus proche de Dai. Histoire de la surveiller. Blondie à l'air de prendre cher au niveau de sa jambe mais transporte quand même la jeune fille sur son épaule pour l'amener dans un coin sec d'ou il lui balance une couverture. C'est dingue ce qu'il dissimule mal ses sentiments celui-là: on dirait qu'il va s'évanouir de douleur. Heureusement que j'ai déjà calmé la naine, sinon elle aurait profité de cette faille pour le réduire en bouillie.
En tout cas la naine en question ne me répond rien, elle n'a plus rien à dire. A force de se faire moucher, je peux comprendre qu'elle préfère la fermer, et c'est d'ailleurs beaucoup plus sage, si vous voulez mon avis.

La petite s'enroule donc dans une vieille couverture que Blondie vient de lui filer et sombre dans un profond silence. Moi-même n'ayant rien à ajouter pour l'instant, je me contente de les observer d'un air renfrogné. Quoi ? Ouai j'y peux rien, ils me sortent pas les yeux ! La gamine recommence à faire chier le monde en réclamant du désinfectant et Blondie recommence à me faire chier en m'adressant la parole.


"Hé, le Glaçon! Tu sauras revenir tout seul ou t'as b'soin qu'on fasse le taxi?"


Et mon poing sur ta gueule, t'en as besoin connard ? Qu'est-ce que j'avais envie de lui balancer un truc dans le genre. Mais je me tait encore un moment. Après tout il est blessé, il est en position de faiblesse, je peux comprendre que son esprit inférieur le rende agressif haha. je croise les bras avant de lui dire avec lassitude:


" Je peux encore me démerder. Mais la mioche doit revenir nettoyer de toute façon car je ne le ferais pas pour elle. "


Manquerais plus que ça ! Bon je dois avouer que j'espérais revoir Lineos quand Dai viendrais nettoyer le hall. Peut-être même qu'il resterais avec moi tandis qu'elle se ferais soigner à l'infirmerie... Mais non, ce serait étonnant ! Merde, j'en ai marre de ces conneries ! Sans m'en rendre compte je pousse un soupir en pinçant les lèvres, puis jette un coup d'oeil à ma montre. Il était tard à présent...


" Bon je vais t'aider à la transporter à l'infirmerie. Je ne peux pas laisser un unijambiste gérer ça tout seul, n'est-ce pas. "

_________________


Dernière édition par Red Smoothwater le Lun 21 Juil - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre Maana
- surveillant
- cobaye
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Dim 20 Juil - 20:15

Ombre venait à peine d'arriver quand il se rendit compte qu'il se tramait une grande agitation. Son premier jour, et il pouvait déjà commencer à jouer les héros. Il rit intérieurement à cette pensée.

*Combattre le mal, c'est pour cela que je suis là.*

Il s'approcha donc du petit groupe et remarqua qu'un professeur était déjà sur place. Mais vu le ton de la conversation, Ombre allait avoir du pain sur la planche afin de rétablir l'ordre ici. Soudain il se demanda s'il n'allait pas laisser le professeur s'en charger tout seul mais chassa bien vite cette pensée de son esprit; s'il avait été engagé à la Saint-Seraphine High School, c'était pour garder l'ordre ici, et pas pour laisser les professeur s'en charger. Après tout, c'était lui le nouveau surveillant, non? Il s'approcha tranquillement de tout ce petit monde, tête baissée, son chapeau si grand qu'il recouvrait son visage et dit alors qu'il se trouvait dans leur dos:

"Un problème?"

Et il releva la tête, se dévoilant entièrement, et attendit les explications qu'on allait lui fournir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lineos Werner
professeur
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 26/06/2008
Age : 27
Localisation : Sur le grand Plongeoir...

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Lun 21 Juil - 20:51

'Putain voila le remerciement quand je m'inquiète pour les autres. La prochaine fois je m'abstiendrais.'


Je ne prends pas le temps de répondre à Smoothwater. d'abord pour ne pas me gauffrer devant lui -merci bien, j'ai un minimum de fierté à préserver- et puis surtout parce que, de toute manière, si j'ouvre la bouche maintenant, je hurle. C'est sur et certain. conclusion, le glaçon, je l'emmerde.
Je crois qu'il n'a pas remarqué que je respirais plus vite que d'habitude. M'direz, ça va pas tarder, j'suis à peu près certain que je sue comme un boeuf, et niveau teint, me connaissant, je doit m'approcher sérieusement de l'endive. J'ai jamais été très résistant à la douleur.

'Hé, l'blond! Puisque tu as eu la politesse de me filer une couverture, avant que je crève d'une septicémie, amène-moi un désinfectant!'


Décidément, y'en a qui n'apprennent jamais à se la fermer. Et visiblement, l'espèce de macaque en fait partie, parce que, sincèrement, comment elle pourrait être assez conne pour donner des ordres dans son état? Je lui ficherais bien mon pied dans les côtes, mais quelle que soit la jambe utilisée, je me ferais plus mal que ce n'est déjà le cas, ce qui ne m'enchante guère.

'Dépêche-toi!'


"Crache dessus si t'as si peur que ça."


J'ai quand même mieux à foutre que de m'occuper de son écorchure, merde! Elle veut quoi ensuite? Un ours en peluche et une histoire? Elle peut crever! Je change de jambe d'appuir. Du moins j'essaie, car ma cuisse se rapelle douloureusement à mon bon souvenir.
La salope. Je morfle.

'Je peux encore me démerder. Mais la mioche doit revenir nettoyer de toute façon car je ne le ferais pas pour elle.'


Je n'essaie même pas de cacher à quel point j'apprécie cette réponse. Vraiment. Un oeil à ma jambe m'apprends que mon jean est à moitié imbibé de sang, c'est à dire foutu, et je grogne. Encore une raison de ne pas aimer cette gosse: j'adorais ce jean. Hein? Ah, ouais, y'a plus important. Mais dans les moments de stress, c'est toujours sur les petits détails à la con que je me rabat.

Finalement -et avec un temps de retard notable- j'arrive à rassembler assez d'air pour répondre à Red -faudrait pas non plus qu'il s'imagine que je me suis évanoui, tout de même!


"Pour une fois, j'suis bien d'accord avec toi. elle a qu'à nettoyer sa merde toute seule."


et c'est certainement pas dans mon état que je vais pouvoir l'aider, loin de la. Déjà, je constate qu'il vaut mieux que je me relève, et c'est ce que je fait. Non seulement le mouvement me donne l'impression que ma cuisse se déchire, mais en plus j'ai la tête qui tourne. Merde. Je dois perdre plus de sang que ce que je croyais. Comme quoi, avoir un coeur de sportif ça a aussi des inconvénients.

'Bon je vais t'aider à la transporter à l'infirmerie. Je ne peux pas laisser un unijambiste gérer ça tout seul, n'est-ce pas.'


"Merci."


Je peux sérieusement commencer à me faire du soucis pour ma réputation. vraiment. Mais là, sincèrement, je m'en cogne. d'ailleurs, dans l'idéal, s'il pouvait carrément se charger de la serial killer en culotte courte, je ne dirais pas non. Mais n'espérons pas trop: il n'est pas vraiment en bien meilleur état que moi, et c'est vraiment pas le moment pour qu'il me fasse un malaise ou une crise d'hypoglicémie quelconque!

...

On va se payer ma tête, mais je vous jure que je me suis sentit pâlir encore. Je sais, c'est débile, comme phrase, mais c'est la vérité, j'y peu rien. Si ça plait pas, on va se faire foutre, et puis c'est tout. Je m'écarte du mur -à regret, soyons honnête- et je m'approche de la gamine pour chopper ne serais-ce que ses bras, quand une voix m'interrompt:

'Un problème?'


Quand je m'entends ricaner, j'en arriver à me surprendre moi-même. sincèrement, qu'est-ce qu'il croit, lui? Qu'on s'éclate?


"Du tout, tu vois bien. La on vient de tirer à la courte paille pour savoir qui allait faire le ménage", Je désigne les cadavres d'un signe de tête, avant de finir: "mais la perdante... est mauvaise ... joueuse."


Un soudain élancement dans ma cuisse a rendu la fin de ma phrase laborieuse, et je jure intérieurement. Je déteste cette situation.
Et puis l'autre con, là, avec son chapeau à la mords moi le noeud! Je sais pas à queklle époque il se croit, mais pas au vingt et unième siècle, c'est sur! Je ne parlerait même pas de ses cheveux, mieux entretenus que ceux de la plupart des filles que j'ai fréquenté dans ma vie...
Cela dit, ma mère mise à part j'ai fréquenté plus de garçons manqués que de pouffiasse, mes données sont peut-être faussées. Pas que ma mère était une pouffiasse, mais c'était une femme, quoi. La femme au foyer type, même. J'en suis venu à me demander si elle ne dormait pas avec son tablier autour de la taile...


[On finit le tour puis on passe à l'infirmerie?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fictionpress.com/u/514327/
Dai Shiragi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Ven 1 Aoû - 23:49

[ Infirmerie? Ok ]

Ils la prenaient décidemment tous pour une conne, sûr et certain. Une conne qui ne savait pas ce qu'elle faisait, et qui disait ce qui lui passait par la tête... Bon, c'était vrai, Dai suivait un peu ses impulsions, un peu trop même, beaucoup trop... Elle avait déjà regretté plusieurs actions qu'elle avait commises quelques actions plus tôt dans la journée, toujours sur le coup de cette maudite chose qui s'appelait ' impulsion '... Cette école, c'était vraiment n'importe quoi... D'abord ils la blessaient, la fatiguaient, l'anéantissaient...Peut-être qu'ils avaient de bonnes raisons, mais bons, ceci est facultatif seulement, mais EN PLUS, ils la laissait se démerder seule lorsque celle-ci était à deux doigts de faire une septicémie à cause de cette vilaine plaie que l'autre abrutie blond lui avait faite!


Elle avait eu de la chance dans son 'malheur', tout de même...Qui sait ce qui serait arrivé, si elle s'était évanouie totalement? Si le sang de ce prof qui coulait ne l'avait pas stimulée? Peut-être aurait-elle disparue, et laissé la place à l'espèce de larve, le vrai Dai Shiragi, dont elle avait pris en réalité la place...Cette expression, l'espèce de larve, correspondait complètement à l'autre personne qui dormait dans son corps... L'autre Dai ne connaissait pas l'existence de ce pouvoir surhumain, c'était un garçon, et, comble de l'horreur, c'était le type parfait du genre de mec que elle, ne pouvait pas blairer... Passons, Dai-fille était Dai-fille, et l'autre était bien endormi, dans son coin, ne se doutant même pas que cela faisait trois ans environ qu'elle lui avait piqué son corps...



Elle ne cracha pas sur la vilaine plaie, mais déchira plutôt son collant pour voir le truc de plus près... Bah ouais, non pas qu'elle offrait aux mecs présents un strip-tease gratos, mais plutôt qu'avec une paire de collants rouge sombre, il est difficile de distinguer la part de sang de la part de tissus... D'ailleurs, ce fut facile, vu que le collant avait déjà été troué, et il craqua en émettant un crac que l'on entend qu'en déchirant du tissus...La plaie lui barrait tout le mollet, s'enfonçant plus ou moins profondément, et saignant quelque peu...Il ne l'avait pas loupée... Mais heureusement, il avait pris un coup aussi, bien fait.



' Un problème? '

Cette voix vint tirer Dai de ses pensées... Ah! Un nouvel arrivant... Sans doute aussi idiot que les autres, peut-être assez greluche pour faire le ménage à sa place...


"Du tout, tu vois bien. La on vient de tirer à la courte paille pour savoir qui allait faire le ménage, mais la perdante... est mauvaise ... joueuse."

Ah! L'autre est à l'agonie, tant, un mort de plus, ça ne fait pas de mal, vraiment! Lui-aussi prend le nouvel arrivant à la coupe de cheveux vraiment démodé pour ce qu'il est, assurément. Mais la traiter ainsi de mauvaise joueuse, comment ose-t-il? Cool, elle allait de nouveau pouvoir conjuguer le verbe mentir à cet arriéré qui semblait tout droit sorti du Moyen Âge! Je mens, tu mens, il ment, etc. Je suis une fille, je suis un ange jusqu'à ce que je veuille te tuer, surtout, je me nomme Dai Shiragi, et je ne suis surtout pas un parasite...

- Mauvaise joueuse ? Tu te prends pour qui, le blond! Je veux aller tout de suite à l'infirmerie! Vous êtes vraiment cinglés, ici! L'aut' peut crever ici, je m'en fiche, mais je ne voudrais pas mourir de cette plaie? Vous avez vu, c'est horrible! Et ça m'a bousillé un collant, en plus!
Mais puisque ce monsieur si aimable vient d'arriver, proposons de s'occuper lui-même du ménage! ? Je suis sûre qu'il sera d'accord!


Elle n'avait pas vraiment mal... La plaie ne devait pas être si profonde que cela, et la glace l'avait bien protégée des premiers microbes...Mais, après tout, elle n'était pas à une comédie ou deux près! Ils l'avaient blessée, tout de même, elle réclamait vengeance!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Smoothwater
- admin
- élève
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 26/06/2008
Localisation : Et ta soeur ?

MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   Lun 15 Sep - 18:54

Là ou il y avait du progrès, c'était que Blondie me remerciait. Ouai, je n'allais pas le laisser se démerder seul avec sa jambe, je suis humain quand même. Bref, je n'eut même pas le temps de faire ma béa du jour qu'un inconnu assez... heu... étrange fit son apparition. Un mélange entre Van Hellsing et le clodo du coin. J'eu un sourire moqueur avant de me détourner de lui pour saisir Dai Shiragi par le bras. Laquelle braillait de plus en plus fort d'ailleurs.

- Mauvaise joueuse ? Tu te prends pour qui, le blond! Je veux aller tout de suite à l'infirmerie! Vous êtes vraiment cinglés, ici! L'aut' peut crever ici, je m'en fiche, mais je ne voudrais pas mourir de cette plaie? Vous avez vu, c'est horrible! Et ça m'a bousillé un collant, en plus!


Je ne sais pas pourquoi elle prenait ainsi confiance avec nous, mais voila, on ne me là fait pas.


" Ton collant ? Mais tu sais ou je vais te le mettre ton collant si tu ne la ferme pas ? "


Classe. Je dois avouer que niveau répartie, j'ai fait mieux. Mais énervé pour énervé, on en était pas à une insanité près. Mon étreinte sur son bras osseux se resserra avant que je ne la soulève de terre pour la remettre sur pied. Un regard exaspéré à Blondie et à l'autre con au chapeau avant de me diriger vers l'escalier d'un pas lourd.

" Alors Blondie, tu te bouges le train ? J'ai pas que ça à faire ! "


Et l'autre qui se débattait. Une maison de fou je vous dis, une maison de fou !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une arrivée quelque peu fracassante [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une arrivée fracassante [libre pour 5 personnes]
» la licorne arrivé au temple du scorpion.(libre)
» Arrivé et déjà oublié? (Libre)
» L'arrivée du Loup-Garou [libre]
» Une nouvelle arrivée chez les gryffondor [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seraphine High School :: ~ Le Domaine de St Seraphine ~ :: Le hall d'entrée-
Sauter vers: